Loiret : trois individus soupçonnés de proxénétisme sur une mineure laissés en liberté à cause du covid-19

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sanâa Hasnaoui

La police de Montargis a interpellé trois individus soupçonnés de proxénétisme sur une jeune adolescente de 14 ans. Ils ont été relâchés et placés sous contrôle judiciaire le 18 mars par le juge des libertés.

Nous avons pu confirmer une information de nos confrères de France bleu. Trois individus soupçonnés d'avoir prostitué une mineure de 14 ans ont pourtant été relâchés. Le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial, avait demandé leur placement en détention provisoire, mais le juge des libertés a évoqué la probabilité de contamination par le coronavirus en prison, il a donc appliqué une circulaire du 14 mars dernier du Ministère de la Justice



Contacté par téléphone ce matin, le procureur de la République nous a indiqué :

J’ai décidé de faire appel. Aujourd’hui, la jeune fille est protégée dans un lieu sûr, mais elle est encore vulnérable, les mis en cause peuvent encore la rechercher.



La jeune fille de 14 ans avait fugué de son foyer 

Entre février et mars dernier, un jeune couple originaire de la banlieue parisienne et un montargois ont séquestré et livré à la prostitution une adolescente de 14 ans, qui s’était enfuie d’un foyer du Val de Marne. La jeune femme effectuait des dizaines de passes par jour dans un appartement à Montargis ainsi que dans des hôtels à Orléans et Blois. Tarifs : 100 euros la demi-heure, parfois 300 euros voire plus pour des rapports non protégés. L’adolescente ne dormait qu’entre 4 heures et 10 heures du matin.



Le proxénète en état de récidive légale, âgé de 24 ans, sa compagne de 19 ans et le logeur de Montargis, un homme de 27 ans ont tous les trois été relâchés et placés sous contrôle judiciaire. la jeune fille a été retrouvée par la police samedi dernier : elle errait dans les rues de Montargis.

Pas d'obligation de pointer au commissariat, un risque de fuite

Pour le procureur de la République de Montargis, Loic Abrial, plusieurs éléments prévus par dans la procédure pénale justifiaient ses réquisitions de placement en détention :

Il y a un risque de non présentation des prévenus au moment de leur procès, le 6 mai 2020. Et un risque de pression sur la victime, particulièrement fragile et toujours sous emprise.

La parquet fait appel

Le parquet de Montargis annonce, lui, qu'il fait appel de cette décision du juges des libertés et de la détention, alors même que la loi ne le prévoit pas dans la procédure de comparution à délai différé, une procédure nouvelle instaurée en 2019 et encore peu utilisée. Mais il souhaite ainsi permettre à la chambre criminelle de la cour de Cassation, la plus haute juridiction française, de dire le droit.

 

 
Circulaire du 14 mars - Direction des affaires crininelles et des grâces direction des affaires civiles et du sceau
L’exercice de l’action publique : les mesures prises afin de freiner la propagation du virus COVID-19 et de faire face aux conséquences de l’épidémie, vont conduire à fortement réduire l’activité tout au long de la chaîne pénale. En fonction de la situation dans leurs ressorts, les procureurs de la République, sous l’autorité des procureurs généraux, sont invités à adapter la politique pénale. Il convient à cet égard de limiter les défèrements aux faits pour lesquels une mesure de sureté apparaît indispensable. D’autres modes de poursuite sans présentation et à échéance plus longue devront être privilégiés. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité