• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Affaire Mediator : un procès hors norme s’ouvre le 23 septembre à Paris

Maître Martine Verdier. Cette Avocate Pénaliste du Barreau d’Orléans défend plusieurs victimes présumées du Mediator. / © T. Mbaka - F3CVdL
Maître Martine Verdier. Cette Avocate Pénaliste du Barreau d’Orléans défend plusieurs victimes présumées du Mediator. / © T. Mbaka - F3CVdL

Le 23 Septembre, s’ouvre à Paris au Tribunal de Grande Instance (TGI), le procès du Mediator. Un procès fleuve. Les audiences vont durer six mois.

Par Théophile Mbaka

Le premier procès du Mediataor s’était tenu au Palais de Justice de Nanterre, devant les principaux prévenus dont Jacques Servier, le Fondateur des Laboratoires du même nom. Décédé en Avril 2014, il sera le grand absent. Mais l’action judiciaire ne s’éteint pas pour autant.

Il y a dix ans, les victimes présumées avaient assisté impuissantes et médusées à une série de passe d’armes et à une véritable bataille judiciaire entre les avocats de la Défense et ceux de de la Partie Civile. Dix ans de procédure interminable sur les QPC, les questions prioritaires de constitutionnalité, sur les délits ou sur la prescription des délits de tromperie aggravée. Et une cascade de demande de reports d’audiences.
 
 

4000 victimes présumées, 400 avocats attendus à Paris 

Les avocats de la Défense avaient à leur tête, le redoutable procédurier, Me Hervé Témime. La Défense a habilement su jouer sur les vices de forme. Le temps a passé.Dix ans après, on va retrouver les mêmes ou presque. 
 Si Jacques Servier n’est plus, quatorze prévenus et une dizaine de personnes morales sont poursuivis. 4000 victimes présumées du Mediator,  se sont constituées parties civiles et on attend 400 avocats. Autant dire que le procès qui s’ouvre est d’une ampleur rarement égalée.

En avril, la ministre de la santé Agnès Buzyn avait estimé que le procès sur le scandale du Mediator, restait "très utile", même si plusieurs milliers de victimes ont déjà reçu des indemnisations.


Un procès hors norme

Des moyens sans précédent ont été mobilisés par la Justice. Difficile de croire que l’on va s’embourber une fois de plus, une fois encore, dans les sables mouvants de la procédure.
Pour les victimes présumées du Mediator qui souffrent de graves complications cardio-respiratoires, un nouveau compte à rebours va commencer. Elles espèrent que les Laboratoires Servier vont être reconnus coupables et condamnés à  hauteur du préjudice qu’elles subissent. Chaque jour qui passe aggrave un peu plus pour certains, les maux dont ils souffrent.

Pour mémoire, rappelons que le Mediator est un anti diabétique fabriqué par les Laboratoires Servier à Gidy dans le Loiret. Cet anti-diabétique a été prescrit comme un coupe fin pendant une trentaine d’années, aux personnes en surcharge pondérale. Pour leur malheur.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus