Briare (Loiret) : DHL ferme ce mercredi avec 50 postes supprimés

Le site de l'entreprise DHL, à Briare. / © Yves Le Bloa / France 3 Centre-Val de Loire
Le site de l'entreprise DHL, à Briare. / © Yves Le Bloa / France 3 Centre-Val de Loire

Le site de DHL-Stock Expresse de Briare, dans le Loiret, ferme ce mercredi, entraînant le licenciement de 50 salariés. 

Par Yacha Hajzler

La date est désormais connue des salariés : le site de l'entreprise DHL-Stock Express, spécialisé dans le conditionnement de marchandises, situé à Briare (Loiret) fermera le 31 Juillet. Les 50 salariés de l'entreprise de logistique vont donc perdre leur emploi. 
 

Un site en mal d'activité


"C'est un site vieillissant. Il y avait des soucis d'absence d'activité, il est mal situé pour générer une activité de logistique. Les normes dans ce domaine évoluent vite, les dirigeants ne voulaient pas investir dans ce site pour toutes ces raisons" avait expliqué le 10 avril, le secrétaire parisien de la CFDT-DHL, Patrick Guy. 

Des raisons que le syndicaliste ne remet pas en question, même s'il s'interroge sur l'après. "Ce qui est toujours intéressant c'est la manière dont on va accompagner nos collègues pour les remettre dans l'emploi. Est-ce qu'on va leur laisser un, deux, ou trois ans de congé de reclassement ? Est-ce qu'ils seront suivis par un cabinet ? Quel argent l'entreprise est-elle prête à mettre sur la partie formation pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer ?"
 

La gestion de DHL saluée


Egalement contactée, la responsable CFDT du site de Briare, Stéphanie Martinez, s'était montrée rassurante en avril. "Une cellule psychologique a été mise en place. Ceux qui sont mobiles vont se voir proposer un reclassement en interne, et une cellule de reclassement a été créée. Pour le Plan de sauvegarde de l'emploi, on a obtenu un montant supérieur à celui fixé par la loi, et on a également négocié une primer pour terminer l'activité dans de bonnes conditions. Le dialogue est parfait", conclut-elle. 

S'il reste encore des points de négociation, la CFDT ne doute pas que celle-ci se déroule dans d'aussi bonnes conditions. 

Sur le même sujet

Les + Lus