Consommation : ce que les Loirétains mettent dans leur assiette

La Chambre d’agriculture et le Département du Loiret ont mené une enquête pour mieux connaître les habitudes alimentaires des habitants. Plus de 3.000 personnes y ont répondu.

76% des Loirétains font leurs courses alimentaires dans les grandes et moyennes surfaces, d'après une étude réalisée auprès de 3.000 habitants. Photo d'illustration.
76% des Loirétains font leurs courses alimentaires dans les grandes et moyennes surfaces, d'après une étude réalisée auprès de 3.000 habitants. Photo d'illustration. © ElasticComputeFarm / Pixabay

Inciter les Loirétains à consommer plus de produits locaux, c’est l’ambition de la Chambre d’agriculture et du Conseil départemental, via un projet baptisé “Mangeons Loiret”. Mais pour atteindre cet objectif, encore faut-il connaître les habitudes alimentaires des habitants. 

Une enquête en ligne a donc été menée par le département entre septembre et décembre 2019, en plus de rencontres sur les marchés et dans les grandes surfaces. Plus de 3.000 réponses ont été décortiquées, pour mieux appréhender les perceptions, les critères d'achats et les attentes.

Parmi les résultats recueillis, nous nous sommes concentrés sur ce que les Loirétains mettent dans leur assiette. Un des enseignements : ce sont de forts consommateurs de viande et de poisson. 42 % affirment en effet en manger tous les jours, et 75 % disent en consommer au moins quatre fois par semaine. 

Les Loirétains, forts consommateurs de viande et/ou de poisson.
Les Loirétains, forts consommateurs de viande et/ou de poisson. © Département du Loiret / Chambre d'agriculture du Loiret

A titre de comparaison, une étude Ipsos de 2019 indiquait que 17 % des Français mangeait de la viande et 2 % du poisson, plus de cinq fois par semaine.

Un "produit local", c'est quoi ?

La viande est d’ailleurs en 4e position des produits locaux régulièrement consommés par les habitants du Loiret, comme le montre ce graphique des aliments les plus mentionnés par les sondés.


Au total, 98 % des personnes interrogées affirment consommer de temps en temps des produits locaux.

Des chiffres à nuancer cependant car tous les Loirétains ne définissent pas un “produit local” de la même manière. Pour un peu plus de la moitié d’entre eux (52 %), il s’agit d’une denrée qui vient au plus loin de la région Centre-Val de Loire. Un quart (25 %) estime en revanche qu’il doit être produit dans le département.

76 % font leurs courses en grande surface

Quand on pense produit local, on pense souvent marché. C’est d’ailleurs ce qui ressort de l’enquête quand on demande aux Loirétains où ils achètent leurs produits locaux. 65 % vont au marché, et 46 % passent par les circuits courts (vente directe, magasin de producteurs, etc.). 

Mais si l’on regarde les habitudes d’achats tous produits confondus, le local ne semble pas être la priorité puisque 76 % des habitants se rendent dans les grandes et moyennes surfaces (GMS).

Ils affirment cependant faire attention à l’origine des produits au moment de faire leurs courses puisque c’est le principal critère de choix qui ressort pour 65 % des sondés. Le prix arrive en 4e position. Retrouvez le détail des pourcentages en passant la souris sur le graphique.

La moitié n'achète pas en circuit-court

Parmi les attentes exprimées, les Loirétains souhaiteraient consommer plus de fruits et légumes, de légumineuses et de poissons. Ils sont aussi nombreux à demander un développement des magasins de producteurs et de produits locaux (76 % des sondés), ou de la vente directe (70 %).

Mais ces magasins manquent-ils réellement ? Ou bien ne sait-on pas qu’ils existent ? La moitié des personnes interrogées affirme en effet ne pas fréquenter les circuits-courts, et sur cette part-là, 41 % ne se déplacent pas parce qu’ils ne savent pas où trouver ce type de lieu de vente.

Or, la crise du coronavirus et la fermeture des marchés avaient incité les producteurs locaux à proposer davantage de vente directe et/ou à mieux se faire connaître. Sur plusieurs cartes collaboratives dont celle de la région, et celle de France 3 Centre-Val de Loire ci-dessous, on s’aperçoit que le circuit-court existe bel et bien. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie alimentation société agriculture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter