Coronavirus : le Secours populaire du Loiret, contraint de fermer ses boutiques solidaires, lance un appel aux dons

Le Secours populaire du Loiret a dû fermer sa vingtaine de boutiques solidaires pour respecter les consignes sanitaires. Résultat : 36 000 euros de pertes financières par mois. L'association a lancé un appel à la générosité et a réorganisé son service d'aide alimentaire.
Pour éviter la propagation du coronavirus, le Secours populaire français a fermé toutes ses boutiques solidaires en France.
Photo d'illustration
Pour éviter la propagation du coronavirus, le Secours populaire français a fermé toutes ses boutiques solidaires en France. Photo d'illustration © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP


Désormais, nous sommes deux sur tout le département du Loiret à distribuer l'aide alimentaire aux plus démunis. Il faudrait plus de bénévoles. 

Face à la crise sanitaire, le Secours populaire français a réorganisé sa distribution d'aide alimentaire.

Nicolas Jaffré, directeur du Secours populaire du Loiret nous explique : 

Depuis lundi, je vais directement chez les bénéficiaires avec une bénévole pour livrer l'aide alimentaire. Nous respectons le protocole sanitaire. Nous mettons du gel hydroalcoolique avant puis des gants pour la distribution et nous remettons du gel après.

Plus qu'une aide alimentaire, un travail de prévention à domicile

Le Secours populaire du Loiret compte 9 800 bénéficiaires.

Ceux qui ont besoin de l'aide alimentaire sont des personnes très fragiles. Beaucoup souffrent d'asthme. Ils ne veulent plus sortir du tout de chez eux. Ils ont trop peur du Coronavirus. Nous leur rappelons les gestes barrières et les consignes sanitaires mais nous sommes aussi là pour les rassurer. Il ne faut pas qu'ils restent prostrés chez eux par peur du virus. Ils doivent aussi s'alimenter sinon ils risquent de tomber malades,

nous confie Nicolas Jaffré. 

Cette nouvelle organisation permet de limiter les contacts entre bénévoles et bénéficiaires.

La grande majorité de nos 720 bénévoles a plus de 70 ans. Ceux qui assurent les permanences dans les boutiques sont vulnérables. Nous devons les protéger de ce virus.

 La fermeture des paieries départementales aggrave la situation des bénéficiaires

Nous avons de plus en plus de demandes du fait de la fermeture des paieries départementales. Ce sont des services de l'Etat qui allouent des aides financières exceptionnelles aux plus démunis. Avec le Coronavirus, ces services ont fermé. C'est en contradiction totale avec ce qu'annonce le Gouvernement. On laisse les gens sans ressource. Si nous faisons des efforts malgré une trésorerie catastrophique, les pouvoirs publics doivent aussi jouer le jeu,

s'insurge le directeur du Secours populaire du Loiret.

Depuis vendredi 13 mars, toutes les boutiques solidaires sont fermées

Pour éviter de mettre ses bénévoles en danger et pour limiter la propagation du virus, le Secours populaire français a décidé de fermer toutes ses boutiques solidaires. Cette fermeture entraine une perte de 36 000 euros par mois pour le Secours populaire du Loiret...10 millions au niveau national. 

Le Secours Populaire Français a besoin d’urgence d’un soutien financier pour maintenir et étendre son soutien aux personnes venant à ses portes, comme pour aller à leur rencontre. L'association a aussi pour mission de soutenir l’accompagnement périscolaire et  apporter au domicile des plus fragiles, notamment les personnes âgées, les produits indispensables à la vie quotidienne, en particulier dans les lieux où ont disparu les services de proximité. 

L'association recherche des jeunes bénévoles

Pour faire face à la crise, l'association recherche aussi des bénévoles plus jeunes comme les étudiants qui pourraient assurer la distribution de l'aide alimentaire à domicile. 
Pour soutenir le Secours populaire du Loiret
Les dons financiers peuvent être envoyés au :

653 rue Passe Debout
45700 SARAN
T/ 02 38 68 22 45
Préciser « Fonds d’urgence »
 ou www.secourspopulaire.fr/45
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société covid-19 santé vie associative