L’entrée au Panthéon de Maurice Genevoix reportée d’un an

L' écrivain et académicien Maurice Genevoix le 05 juin 1974 dans sa maison des Vernelles à Saint-Denis-de-l'Hôtel dans le Loiret. / © ARCHIVE PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP
L' écrivain et académicien Maurice Genevoix le 05 juin 1974 dans sa maison des Vernelles à Saint-Denis-de-l'Hôtel dans le Loiret. / © ARCHIVE PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP

L'entrée au Panthéon de l'écrivain Maurice Genevoix, initialement prévue ce 11 novembre, sera reportée d'un an, au 11 novembre 2020 a indiqué mercredi l’Elysée.

Par Amélie Rigodanzo avec l'AFP

Initialement prévue ce 11 novembre 2019, la panthéonisation de l’écrivain Maurice Genevoix est finalement reportée au 11 novembre 2020 afin de "l'adosser au centenaire de l'inhumation du Soldat Inconnu" sous l'Arc de Triomphe, a indiqué l'Elysée.

Ce 11 novembre en revanche sera inauguré par Emmanuel Macron un monument en hommage aux militaires morts pour la France pendant les opérations extérieures ("Opex").

La panthéonisation de l'écrivain-combattant Maurice Genevoix avait été annoncée par Emmanuel Macron le 6 novembre 2018, lors d'un déplacement aux Eparges, dans la Meuse, théâtre de terribles combats en 1915.

Une décision annoncée lors de son périple dans le nord et dans l'est pour le centenaire de la fin de la Grande Guerre. Emmanuel Macron tenait ainsi à saluer la mémoire de l'un de ses écrivains préférés, qui a été blessé aux Eparges et en a fait le récit saisissant dans son recueil "Ceux de 14".

Cette entrée au Panthéon doit célébrer Maurice Genevoix mais aussi à titre collectif, "ceux et celles de 14", afin de rendre hommage à "l'armée victorieuse" de la Grande Guerre.

Maurice Genevoix et la Sologne

           
Né dans la Nièvre, Maurice Genevoix grandit à Châteauneuf-sur-Loire (Loiret) et s'installe plus tard à Saint-Denis-de-l'Hôtel (Loiret). Toute sa vie, Genevoix nourrit sa plume du spectacle de la Sologne et du Val de Loire. Proche de la nature, il publia plusieurs ouvrages inspirés par la Sologne dont son chef d'oeuvre Raboliot (1925), La Dernière Harde (1938) ou encore La Forêt perdue (1967).

Mais c'est surtout comme témoin de la Grande guerre que l'écrivain sera accueilli au Panthéon, à la date symbolique du 11 novembre. Mobilisé en 1914, il est gravement blessé l'année suivante dans la Meuse et perd l'usage de sa main gauche. Entre 1916 et 1921, il publie cinq volumes, de "Sous Verdun" à "Les Éparges", la colline où il reçoit sa blessure. Son témoignage de soldat est finalement réédité en un seul volume en 1949 sous le titre "Ceux de 14".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus