Bientôt un terminal de marchandises à Orléans pour sauver le Fret ferroviaire

Les régions Centre-Val de Loire et Normandie ont signé avec la SNCF pour réaliser un nouveau terminal de marchandises près d'Orléans. Une tentative de relancer le Fret ferroviaire, à la peine depuis une dizaine d'années, malgré son importance dans le cadre de la transition énergétique.

L'alignement de têtes couronnées est symbolique de l'enjeu. Le ministre des Transports Clément Beaune, le président de la région Normandie Hervé Morin, celui du Centre-Val de Loire François Bonneau, et Matthieu Chabanel, PDG de SNCF Réseau. Tous étaient rassemblés à Paris mercredi 8 février. Autour d'une même volonté : tenter de réanimer le Fret ferroviaire, bien à la peine en France ces dernières années. 

Les partis se sont ainsi accordés pour la construction à Fleury-les-Aubrais d'un flambant neuf chantier de transport combiné. Comprenez un terminal permettant de charger des containers de marchandises depuis un camion directement sur un train, et inversement. Un chantier à 10,3 millions d'euros financé à 50% par l'État, le Centre-Val de Loire prenant 40% et la Normandie les 10% restants. Objectif : une mise en service dès 2025, et un transport quotidien de 150 à 160 containers. 

La route est droite

Pas de quoi désengorger les routes de l'Orléanais des milliers de camions qui le traversent quotidiennement, mais un premier pas, comme l'espère François Bonneau, président PS de la région :

Ce chantier en appelle d'autres. L'implantation se fait de manière à avoir deux premières voies relativement courtes. Mais l'emplacement choisi pourrait très bien avoir une deuxième phase de développement, avec une voie longue et des trains plus longs.

François Bonneau, président PS du Conseil régional de Centre-Val de Loire

L'idée, dans un premier temps, est de tâter le terrain, d'engager le mouvement. Surtout qu'Orléans a déjà eu son chantier de transport combiné par le passé, cédé depuis à la région par la SNCF pour en faire un centre technique TER. Un passé qui souligne le triste destin, ces dernières années, du Fret en France : de 9,1 millions de tonnes kilomètres en 2014, le transport de marchandises par rail est passé à 7,3 millions de tonnes km, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique. Soit de 27,9 à 22,4% du transport de marchandises en France.

Mais la pente est forte

Le communiqué conjoint émis après la signature de mercredi se félicite d'une hausse de 30% entre 2019 et 2022, mais le chemin reste encore long pour arriver à une suprématie du Fret ferroviaire. Destin souhaitable dans une perspective de transition écologique : un container transporté par train (à traction électrique, idéalement), c'est six fois moins de CO2 que par la route, et une diminution drastique de l'émission de particules fines.

"Nous avons tout à faire pour que le transport de marchandises entre dans une nouvelle ère, au maximum décarbonée", lance François Bonneau. Et pour lui, "si les régions ne s'engagent pas dans de tels projets et attend tout de l'État, rien n'avancera". Alors qu'importe si le futur chantier de Fleury-les-Aubrais n'est qu'une brique dans un mur encore bien bas. L'important pour la collectivité est de créer l'offre de Fret ferroviaire pour susciter la demande, et montrer l'exemple. 

Le Centre-Val de Loire a d'ailleurs financé des rénovations de lignes de Fret desservant notamment les grandes étendues céréalières beauceronnes, mais aussi dans le Berry ou en Touraine. Des lignes qui fonctionnaient au ralenti, voire ne fonctionnaient plus du tout. Six lignes ont déjà été retapées (comme la ligne Orléans - Orgères-en-Beauce), et onze sont inscrites pour des rénovations dans un futur proche. François Bonneau promet d'ailleurs de pousser l'État à s'engager dans ces rénovations, alors que doit prochainement s'engager les discussions du prochain contrat de plan État-Région (CPER). 

Renaissance

À l'heure actuelle, le Centre-Val de Loire dispose de nombreuses cours de marchandises, des voies où les biens passent du rail à la route au niveau local. Et deux chantiers de transport combiné réservés aux containers, l'un à Vierzon et l'autre à Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours. Respectivement au centre de deux étoiles ferroviaires importantes. Le chantier de Fleury-les-Aubrais s'inscrira dans l'étoile orléanaise, "qui a vocation à avoir une place significative dans le domaine du transport, estime François Bonneau. Il n'y a qu'à voir l'importance de la logistique dans la région."  

(Légende : en orange : les lignes mixtes voyageurs et Fret, en vert : les lignes uniquement Fret. Camions verts : chantiers de transport combiné, camions gris : cours de marchandises.)

Tout ça grâce au croisement, en Centre-Val de Loire, de plusieurs grands axes de communications, que ce soit vers Saint-Nazaire ou Bordeaux à l'ouest, ou vers Paris, la Normandie et le Benelux au nord. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que le chantier des Aubrais intéresse particulièrement Haropa Port, groupement entre les ports du Havre, de Rouen et de Paris. Ce qui a incité la Normandie à venir investir à Orléans. La renaissance du Fret passera forcément par le Centre-Val de Loire.