Loiret : le capricorne asiatique toujours une menace à Gien

Publié le Mis à jour le
Écrit par Flora Battesti .

Le capricorne asiatique est un nuisible originaire de Chine qui s'est installé à Gien (45) depuis 2003. Cet insecte, qui attaque les arbres, risque de se répandre en forêt. C'est pourquoi 6 000 arbres ont été inspectés dans l'est du Loiret, ce mardi 6 décembre.

Une alerte au capricorne asiatique est lancée à Gien. Ce nuisible, un coléoptère qui s'attaque et fragilise les arbres, risque de se répandre en forêt. Pour diminuer les risques, les pouvoirs publics lancent une nouvelle campagne de détection dans l'est du Loiret où 6 000 arbres vont être inspectés.



Le capricorne asiatique est apparu pour la première fois à Gien en 2003, importé accidentellement de Chine avec du bois d'emballage. Il est également présent aux Etats-Unis, en Autriche et en Italie.

durée de la vidéo: 03 min 04
À Gien difficile d'éradiquer le capricorne asiatique. L'insecte importé de Chine ou de Corée il y a plus de 10 ans prospère dans la commune. Probleme: il est capable d'anéantir des arbres en quelques mois. Pour limiter sa propagation, la Direction de l'agriculture (DRAAF) a demandé à l'ONF de mener une campagne de prospection. Intervenante : Marion Javal, doctorante INRA Orléans. ©France 3 Centre-Val de Loire


Qu'est-ce qu'un capricorne asiatique ?



Le capricorne asiatique, Anoplophora glabripennis, a été introduit en France en 2000 depuis la Chine. C'est un coléoptère noir, reconnaissable par ses petites tâches claires réparties sur tout le corps. Sans compter ses antennes, il mesure environ 35 millimètres de long. 



S'il n'est pas dangereux pour la population, il est en revanche nuisible pour les arbres, particulièrement pour les peupliers, les saules, les ormes et les érables. En effet, la femelle creuse un petit trou dans l'écorce, pond et la larve creuse ensuite profondément dans le coeur de l'arbre... les dégâts occasionnés sont souvent fatals.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité