Loiret : grâce au plan de relance gouvernemental, la faïencerie de Gien va pouvoir se refaire une beauté

La faïencerie de Gien fait partie des nombreuses entreprises à bénéficier du plan de relance mis en place par le Gouvernement. Un apport de 300 000 euros qui va permettre à son propriétaire d'entamer des travaux importants avant de rouvrir au public.

La faïencerie fêtera cette année son bicentenaire. Photo d'illustration
La faïencerie fêtera cette année son bicentenaire. Photo d'illustration © Radio France/Maxppp

Pour faire face à la crise sanitaire, le Gouvernement a lancé le 3 septembre dernier un plan de relance historique de 100 milliards d'euros pour venir en aide aux entreprises les plus touchées. Parmi les bénéficiaires, l'historique faïencerie de Gien, à 65 kilomètres à l'est d'Orléans.

Elle bénéficiera de 300 000 euros d'aide de la part du gouvernement grâce à ce plan. Une somme qui va permettre de "doubler l'investissement annuel, puisque pour un euro investi, le gouvernement nous donne un euro" explique Yves de Talhouët, propriétaire de la faïencerie. Le budget total sera donc de 600 000 euros, de quoi faire des travaux conséquents en matière de rénovation de la boutique et de matériel.

Une année 2020 en partie sauvée par l'exportation de marchandises

Comme pour de nombreux autres professionnels, l'année 2020 et le trimestre 2021 ont été très difficiles pour l'entreprise. "Toutes nos boutiques en France (elles sont au nombre de 4, ndlr) étaient fermées et nos quelques 400-500 revendeurs à travers l'Europe l'étaient aussi en grande partie". Si le propriétaire enregistre une baisse de 10% du chiffre d'affaires par rapport à 2019, il observe en revanche une croissance de 12% en matière d'exportation. "On avait eu un chiffre court en 2019 donc forcément 10% de moins que ce chiffre déjà bas ça fait un peu mal, mais par rapport à d'autres industries ce n'est pas le pire" admet-il.

Alors, comme pour faire renaître la faïencerie de ses cendres, il a demandé à bénéficier du plan de relance. Une demande qui lui a été acceptée, lui permettant de démarrer des grands travaux en matière de rénovation de la boutique et du matériel utilisé pour la fabrication d'articles en céramique. 

Dans la boutique où nous vendons des produits de deuxième choix et des fins de série, nous allons consolider la charpente, refaire la toiture et isoler le magasin. Côté industriel, on a prévu des rénovations importantes avec l'achat de sous-ensembles qui viennent remplacer les plus vieillissants. Il s'agit de bloc moteur, de cerveau de commande ou encore de pompe.

Yves de Talhouët, propriétaire de la faïence de Gien

De quoi sauver les projets de célébration du bicentenaire

Grâce à cette aide financière, la faïencerie de Gien va pouvoir préparer avec plus de sérénité la célébration de son bicentenaire. Il est notamment question d'un agrandissement de son musée. "Il y a déjà un musée qui occupe le rez-de-chaussée d'un bâtiment. On veut rénover l'ensemble du bâtiment pour qu'on puisse installer de nouvelles pièces aux premier et deuxième étages". Dans ces espaces supplémentaires, Yves de Talhouët aimerait raconter l'histoire des pièces produites, mais aussi "l'histoire industrielle et humaine" qu'a vécue sa production en 200 ans d'existence. L'inauguration devrait avoir lieu à la fin du mois de septembre. 

Un timbre de la faïcencerie en collaboration avec La Poste, trois produits de trois époques différentes réédités en vingt exemplaires, le propriétaire veut marquer ce bicentenaire. Il invitera également des artistes et des personnes du milieu de la mode pour venir décorer puis exposer des objets emblématiques de la faïencerie. Une façon pour lui de contribuer aussi à la Renaissance de la culture. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie