Rassemblement évangélique des gens du voyage : des élus du Loiret espèrent une compensation financière

durée de la vidéo : 00h01mn47s
Rassemblement gens du voyage : des élus du Giennois espèrent une compensation. ©Garo Kevorkian; Emma Stenfeld; France Télévisions

En déplacement à Grostenquin en Moselle, la ministre des Collectivités locales, Dominique Faure a annoncé plus d’un million d’euros d’aides de l’État. Pour les communes qui ont subi les nuisances liées au rassemblement évangéliste des gens du voyage à la fin de l’été. Une aide attendue aussi par les élus du Giennois.

C’est un soulagement, qui se transforme en sentiment d’injustice du côté des élus de Nevoy et Gien au sud du Loiret. Si pour l’instant, les élus sont toujours en attente d’une réponse des services de l’État, une certaine incompréhension règne.

Cette année, le traditionnel rassemblement évangélique de l’association Vie et Lumière à Nevoy, organisé depuis 1987, a attisé la colère des élus locaux. Plus de 40 000 pèlerins se sont déplacés, alors que la jauge maximale est de 20 000. À l’époque les élus du Giennois ont dénoncé une "anarchie totale".

Les fidèles ne tenant plus sur le terrain de 130 hectares ont débordé sur les terrains privés destinés aux fourrages. Des branchements sauvages sur les réseaux d'eau et d'électricité ont été signalés, ainsi que des incivilités (déjections le bord des routes).

Un million et demi d'euros pour des communes mosellanes

Pourtant un deuxième rassemblement des gens du voyage a été évoqué pour la fin de l’été par l’association. Une hypothèse immédiatement rejetée par les élus locaux. Finalement, sur décision de la Première Ministre, Elisabeth Borne, le second rassemblement a eu lieu en Moselle, sur la base aérienne désaffectée de Grostenquin.

Deux mois après cet évènement, la ministre en charge des Collectivités territoriales et de la Ruralité a annoncé une enveloppe d’un million et demi d’euros aux élus de la communauté d’agglomération Saint-Avold, afin de financer des projets municipaux. Une annonce qui suscite une frustration, chez les élus du Giennois, qui n’ont jamais bénéficié d’une quelconque compensation financière.

Je ne vois pas comment, on pourrait ne pas bénéficier de cette aide providentielle, qui viendrait en compensation des nuisances causées par le rassemblement de pèlerins. 40 000 pèlerins, au lieu des 20 000, avec toutes les difficultés que cela peut occasionner ! 

Francis Cammal, maire de Gien

Une "aide providentielle", qui serait la bienvenue sur place. Interrogé, Jean-François Darmois, le maire de Nevoy, commune de 1200 habitants, souhaite obtenir une compensation. Plusieurs projets sont en cours, et une aide financière permettrait à la ville d’éviter de contracter un emprunt.

Si jamais on avait un peu d’argent, ça pourrait nous aider à rénover la vieillissante salle polyvalente de notre commune, mais aussi le renouvellement du matériel roulant, ou un embellissement de Nevoy à différents titres.

Jean-François Darmois, maire de Nevoy

Les élus du Giénnois otiendront-ils eux-aussi une compensation financière ? La demande a été faite auprès de la préfecture. En attendant leur réponse, les élus espèrent obtenir une autre victoire. La garantie qu’un seul et unique rassemblement évangélique soit organisé, chaque année, sur le territoire.