La grippe s'installe en Centre-Val de Loire, la région placée en phase "pré-épidémique"

Publié le
Écrit par Etienne Merle .

Le Centre-Val de Loire fait partie des cinq régions françaises les plus touchées par la grippe.

Les autorités sanitaires alertent. La grippe saisonnière progresse partout en France. Dans son bulletin hebdomadaire, publié le 21 novembre, Santé publique France constate une "augmentation de l'ensemble des indicateurs de la grippe". 

Cinq régions placées en phase "pré-épidémique"

La semaine passée dans l'hexagone, "on observait une augmentation du nombre de passage aux urgences pour grippe ou syndrome grippal", note l'agence. En 15 jours ce chiffre est passé de 810 passages, à 112, soit une hausse de 39 %.

Les hospitalisations ont elles aussi grimpé de 57 % d'une semaine à l'autre. "L’augmentation du nombre de passage aux urgences pour grippe/syndrome grippal concernait plus particulièrement les moins de 15 ans", observe l'agence. 

Le Centre-Val de Loire fait partie des territoires les plus touchés, avec la Bretagne, l'Île-de-France, les Hauts-de-France et la Normandie. Ces régions sont désormais placées en phase pré-épidémique par Santé publique France.

"Les indicateurs régionaux sont supérieurs à la moyenne nationale, ce qui explique ce passage. Cela veut dire qu'il y aura une vigilance supplémentaire de nos services", détaille Christophe Lugnot, le directeur de cabinet de l'ARS Centre-Val de Loire.

+120 % de passage aux urgences

En Centre-Val de Loire, le nombre de passage aux urgences explose, tous les âges confondus. Sur 10 000 passages hebdomadaires, 38,5 sont liées à des symptômes grippaux (contre 34% en France), indique la cellule régionale de Santé publique France. "Soit une hausse de 120 % entre la semaine du 14 novembre et celle du 21 novembre 2022. C'est une hausse importante et rapide", ajoute Christophe Lugnot. Pour autant, après le passage aux urgences, les hospitalisations restent "faibles" nuance le directeur de cabinet. 

Ces augmentations se constatent partout. Les consultations chez SOS Médecins progressent également depuis trois semaines consécutives. "On est très au-dessus des deux années précédentes. Mais nous étions dans une période où les gestes barrières étaient quasiment obligatoires. Cela doit jouer beaucoup", analyse-t-il.

Pour l'heure, il est impossible de savoir si la vague de grippe sera importante ou non, "trop tôt" pour le directeur de cabinet. Les autorités invitent tout de même les personnes vulnérables à se faire vacciner rapidement.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité