Loiret : les auto-écoles manifestent contre l'arrêt des cours de conduite

Les moniteurs d'auto-écoles du Loiret ont manifesté ce lundi 2 novembre devant le centre d'examens d'Olivet, pour protester contre "une aberration" dûe au reconfinement : les examens du permis sont maintenus, mais les cours de conduite annulés. 
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Pierre Heckler/MaxPPP
Ils dénoncent une "aberration". Ce lundi 2 novembre au matin, une cinquantaine de patrons et de moniteurs d'auto-écoles se sont rassemblés devant le centre des examens du permis de conduire d'Olivet, dans le Loiret.

Venus majoritairement de l'agglomération orléanaise, et plus largement de tout le département, les manifestants n'ont pas bloqué le site, mais ont organisé un barrage filtrant. Avec l'objectif de faire passer un message au gouvernement.

"Il est tout à fait aberrant de permettre le passage de l'examen du permis de conduire pour les jeunes, et que nous ne puissions pas leur donner la fin de formation", explique Thierry Favre, délégué des auto-écoles au bureau départemental du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA)

Le gouvernement a en effet décidé de maintenir les examens du permis de conduire prévus dans les semaines à venir, contrairement au premier confinement (qui avait entraîné un très fort allongement des délais du permis). Le reconfinement a en revanche scellé le sort des auto-écoles, qui ont dû stopper tous les cours de conduite et les séances d'entraînement au code la route.
 

"80% de la profession vouée à disparaître"

Dans un communiqué, daté de ce samedi 31 octobre, le CNPA, accompagné par l'Unidec (syndicat des enseignants de la conduite) et l'Unic (les indépendants de la conduite), salue la décision du gouvernement de maintenir les examens pendant le reconfinement. Cependant :
 

Demander aux élèves de se présenter à l’examen sans avoir pu réaliser leurs dernières leçons de conduite augmentera le risque d’échec et donc le coût de la formation. Les délais d’allongement du permis de conduire augmenteront en conséquence.

Communiqué du CNPA, de l'Unidec et de l'Unic


Le texte redoute en plus "des conséquences économiques graves sur une profession déjà fortement fragilisée" par le confinement du printemps. Ainsi, selon Boris Grabowski, représentant départemental du CNPA dans le Loiret, "80% de la profession est vouée à disparaitre [...] sans évolution de la situation". 

En effet, d'après le communiqué, imposer aux auto-écoles d'ouvrir de façon partielle pour présenter les élèves à leurs examens revient à les exclure des dispositifs d'aides, réservés aux structures sous le coup d'une fermeture administrative. Des aides auxquelles les auto-écoles demandent à être éligibles, à défaut de pouvoir dispenser leurs cours.
 

D'autres actions prévues

Les patrons d'auto-écoles ne comptent pas baisser la garde avant d'avoir entendu gain de cause, et de nouvelles actions sont prévues dans les prochains jours. Ce jeudi 5 novembre, une quinzaine de patrons et moniteurs d'Indre-et-Loire se sont ainsi retrouvés devant le centre des examens de Tours, pour en bloquer l'accès avec des voitures d'auto-école, comme l'a signalé France Bleu Touraine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement société covid-19 automobile économie