Loiret : retour des 90 km/h sur 363 km de routes ce lundi 2 novembre

Deux ans après l'abaissement à 80 km/h, quelque 363 km de routes loiretaines repassent à 90 km/h. Soit environ 10% du réseau départemental. Dans le même temps, la partie urbaine de la tangentielle orléanaise passe à 70 km/h.
Retour des 90 km/h, photo d'illustration.
Retour des 90 km/h, photo d'illustration. © Jérôme Collin/MaxPPP
Marche arrière ! Deux ans après l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur sur tout le territoire français, le département du Loiret a décidé de repasser 10% de son réseau routier à 90 km/h. Pour un total de 363 km concernés dès ce lundi 2 novembre.

Ce relèvement de la vitesse maximale concerne surtout le réseau structurant du département. Parmi les axes sélectionnés se trouvent notamment la D2152 entre Orléans et Pithiviers, la D952 entre Châteauneuf-sur-Loire et Gien, la D2060 vers Montargis et Courtenay, ou encore la D2020 entre Orléans, La Ferté-Saint-Aubin et la Sologne.

Retrouvez ci-dessous la carte des tronçons de routes concernés par le relèvement de la vitesse maximale autorisée dans le Loiret :
Changements de la vitesse maximale autorisée sur les routes du Loiret ce lundi 2 novembre.
Changements de la vitesse maximale autorisée sur les routes du Loiret ce lundi 2 novembre. © Conseil départemental du Loiret

Selon le site internet du département, la sélection finale des axes réhaussés à 90 km/h a été définie "sur la base d'une étude d'accidentologie réalisée axe par axe, des caractéristiques des voies et d'une coordination avec les Départements limitrophes du Loiret". 
 
Dans le même temps, une partie de la tangentielle orléanaise dans sa partie urbaine, entre Saint-Jean-de-la-Ruelle à l'ouest et Boigny-sur-Bionne à l'est, est désormais soumise à un abaissement de la vitesse maximale autorisée à 70 km/h. Selon le département, il s'agit de "sécuriser et fluidifier le trafic aux heures de pointe, d'améliorer les conditions de sécurité d'insertion à partir des bretelles d'accès et de diminuer les nuisances sonores" sur cette route très empruntée à deux chaussées séparées.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports