Gilets jaunes : la visite du vice-Premier ministre italien à Montargis ne passe pas auprès du gouvernement

La France rappelle ce jeudi son ambassadeur en Italie pour des "consultations". Le Quai d'Orsay reproche au gouvernement italien des "déclarations outrancières" et de nombreuses provocations. 
 Luigi Di Maio est le vice-Premier ministre italien.
Luigi Di Maio est le vice-Premier ministre italien. © Tiziana FABI / AFP
Les tensions montent entre la France et l'Italie. 

Le Quai d'Orsay rappelle ce jeudi son ambassadeur à Rome pour "consultations", suite à des "déclarations outrancières" et des "provocation[s]" sans précédent de la part du gouvernement italien. 
   

Montargis, la goutte d'eau


Mardi, le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio a rencontré des gilets jaunes à l'hôtel de France de Montargis. Parmi ses interlocuteurs, Christophe Chalençon, associé au lancement de la liste "RIC" (Ralliement d'initiative citoyenne) pour les européennes. 

Le chef de file du Mouvement 5 étoiles s'est ensuite félicité de cette rencontre sur son compte Instagram
 
Voir cette publication sur Instagram

Oggi con @aledibattista abbiamo fatto un salto in Francia e abbiamo incontrato il leader dei gilet gialli Cristophe Chalençon e i candidati alle elezioni europee della lista RIC di Ingrid Levavasseur. Questa è la foto ricordo di questo bell'incontro, il primo di tanti, in cui abbiamo parlato dei nostri Paesi, dei diritti sociali, di ambiente e di democrazia diretta. Il vento del cambiamento ha valicato le Alpi. Ripeto. Il vento del cambiamento ha valicato le Alpi.

Une publication partagée par Luigi Di Maio (@luigi.di.maio) le

"Ceci est la photographie souvenir d'une belle rencontre, la première d'une série, a commenté le membre du gouvernement italien, pendant laquelle nous avons parlé de nos pays, des droits sociaux, de l'environnement et de la démocratie directe", spécifie la légende.

Ce n'est pas la première fois que le parti anti-système italien fait les yeux doux au mouvement français.

Début janvier, Luigi Di Maio invité les gilets jaunes à utiliser la plateforme internet de son parti pour "organiser des événements" sur le territoire français. Une proposition refusée par Eric Drouet, l'un des visages du mouvement.

 

Une instrumentalisation "à des fins électorales" pour le Quai d'Orsay


Selon le Quai d'Orsay, les mains tendues du gouvernement italien sont des pieds-de-nez à la France, en vue des élections du mois de mai. 

"Avoir des désaccords est une chose, instrumentaliser la relation à des fins électorales en est une autre", précise le ministère. 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique gilets jaunes société italie international