Journées du patrimoine : la momie du musée Girodet de Montargis désormais restaurée est présentée au public

Saviez-vous que le musée Girodet possédait dans ses collections une momie égyptienne ? Ce sera la vedette des journées européennes du patrimoine à Montargis (Loiret). Après plusieurs mois de restauration, elle est présentée exceptionnellement au public ce week-end (18 et 19 septembre).

Le retour de la momie, c’est le titre d’un film à succès d’Hollywood. C’est aussi le nom de l’exposition que le musée Girodet de Montargis (Loiret) organise pour les Journées européennes du patrimoine, les 18 et 19 septembre. Pourquoi retour ? Parce qu’après plusieurs mois de restauration, la momie revient dans le Gâtinais.

En 2016, la crue du Loing fait beaucoup de dégâts, y compris dans les collections du musée. La momie et son cercueil sont touchés. Pour préserver la dépouille, elle sera congelée. "Elle s’altérait rapidement à l’air ambiant avec des insectes nécrophages qui arrivaient", raconte Sidonie Lemeux-Fraitot, responsables de collections du musée Girodet.

Une momie très surveillée

Pendant quatre ans, le corps reste figé, le temps de trouver une solution. "On souhaitait la décongeler mais on savait que les moisissures allaient reprendre deux fois plus vite. Il fallait trouver un moyen de stopper cela", ajoute Sidonie Lemeux-Fraitot. C’est chose faite en décembre 2020 où elle part à Grenoble, dans les locaux d'ARC-Nucléart pour être irradiée. aux rayons gamma. Cela "détruit les germes qui peuvent poser problème. C’est un traitement assez inédit et invasif pour une momie. Il fallait préserver le maximum de mémoire de ce qu’elle était avant. D’où la nécessité de faire un scanner et des prélèvements".

Aujourd’hui, la momie va mieux mais elle reste très surveillée. "Elle craint la poussière, les changements de température, le contact humain qui peut ramener de petites bêtes qui peuvent la détériorer", énumère Sidonie Lemeux-Fraitot. Sa présentation au public, à l'occasion des journées du patrimoine, est plus que jamais exceptionnelle. D’autant que ce n’est plus l’orientation du musée. "On n’est plus tourné vers un musée encyclopédique tel qu’il était au XIXe siècle où on essayait de présenter tout ce qui se faisait dans le monde. On est maintenant dans un musée de France et un musée des beaux-arts, recentré sur la sculpture, la peinture, l’architecture, le dessin », explique la responsable des collections.

Mystère autour de son identité

Des contes, des visites, des projections de films, des conférences. Les animations prévues ce week-end à Girodet seront variées. Elles permettront d’en savoir un peu plus sur l’histoire de cette momie. Les chercheurs ont pu déterminer que c’était une femme, relativement jeune, venant d’Egypte. Arrivée à Montargis entre 1857 et 1859, elle a vécu au premier siècle après Jésus-Christ.

Mais pour le reste, le mystère demeure. "Au XIXe siècle, les échanges commerciaux de momies étaient très fréquents et ne permettaient pas de savoir d’où elle venait", rappelle Sidonie Lemeux-Fraitot. Elle n’a même pas de nom. La première fois que l’on fait mention d’elle dans les archives, on évoque "une momie dans sa boite".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
journées du patrimoine culture patrimoine