Cet article date de plus de 3 ans

Loiret : chute mortelle d'une fillette dans les escaliers, les parents mis en détention provisoire

Les faits ce sont déroulés dans la nuit du 1er mai 2018. Une fillette de 5 ans est morte après être tombée dans les escaliers chez elle. Les parents avaient alors parlé d'un accident. 
Le soir de la chute, le 1er mai 2018, la fillette n’avait qu’une simple bosse. Les parents qui vivent à Ladon dans le Loiret, l’ont aidée à se relever et à se recoucher. Le lendemain, ils ont découvert leur enfant morte dans son lit.
Le soir de la chute, le 1er mai 2018, la fillette n’avait qu’une simple bosse. Les parents qui vivent à Ladon dans le Loiret, l’ont aidée à se relever et à se recoucher. Le lendemain, ils ont découvert leur enfant morte dans son lit. © Google map
Selon les résultats de l’autopsie pratiquée sur le corps de la fillette au lendemain de son décès, elle serait morte d’une luxation des vertèbres cervicales. La fillette a dévalé une quinzaine de marches dans les escaliers, alors que "plusieurs jouets traînaient juste avant les premières marches", avait alors indiqué le procureur de Montargis, Loïc Abrial. Le soir de la chute, elle n’avait qu’une simple bosse. Les parents l’ont aidée à se relever et à se recoucher. Le lendemain, ils ont découvert leur enfant morte dans son lit.

LIRE. Loiret : une fillette de 5 ans meurt après une chute dans les escaliers à son domicile

Accident ou maltraitance ? 

Après des examens complémentaires menés sur le corps de la fillette, il apparaît qu'un autre scénario que le simple accident se dessine. "La lésion à l'origine de la mort peut avoir été causée par une chute dans l'esclaier mais également par un coup direct au niveau du visage de l'enfant " explique le procureur d'Orléans, Nicolas Bessone. Les examens médico-légales complémentaires ont révélé des traces de coups plus anciennes, qui peuvent être des signes de maltraitances, selon le procureur. 
"Il n'y a pas eu de signalements pour des faits de violence relevant d'une infraction pénale dans le passé, mais le couple était suivi à Orléans puis à Montargis par un juge pour enfants en raison d'un déficit dans l'éducation de leur enfant". 
Dans ce contexte trouble, et des auditions des parents sur la nuit des faits, ces derniers ont été placés mercredi en garde à vue. Le procureur d'Orléans a ouvert une information judiciaire pour violences volontaires ayant entraîné la mort sur mineure de moins de 15 ans sans intention de la donner. Le couple, âgé de 29 et 31 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire. Un juge d'instruction a été saisi. 





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers