• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Mort d'Aurian Mi-Poudou : le jugement sera rendu le 23 janvier

Aurian Mi-Poudou, porté disparu en janvier 2017.
Aurian Mi-Poudou, porté disparu en janvier 2017.

Plus d'un an après la mort du jeune homme de 16 ans, trois hommes comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Montargis. 

Par Yacha Hajzler

En mars 2017, le corps du jeune Aurian Mi-Poudou était retrouvé sans vie dans le canal de Briare, à Montcresson. A l'abdomen, deux blessures par arme à feu. Trois hommes comparaissaient aujourd'hui devant le tribunal correctionel de Montargis : Kévin Cosset, El Kacim Kerani et Alain Fourré. 

Les deux premiers sont soupçonnés de non assistance à personne en danger, non dénonciation de crime, modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavre. Alain Fourré, lui, comparaît pour non assistance à personne en danger et non dénonciation de crime.

Un procès sous tension


L’audience a démarré dans une ambiance houleuse : deux des prévenus se sont insultés avec virulence. Une tension qui est restée palpable tout au long de l’audience.

L’un d’entre eux, Kévin Cosset, assure que El Kacim Kerani était présent dès le début de la soirée et jusqu’à la fin. El Kacim Kerani, lui, nie sa présence et donc sa participation à cette nuit dramatique.

Kévin Cosset assure que c’est son demi-frère, Alexis Cosset, décédé en 2017 qui est responsable de la mort d'Aurian Mi-Poudou. Ce serait lui qui aurait sorti l’arme qui a mortellement blessé le jeune homme, lui encore qui l’aurait pointé sur Aurian Mi-Poudou et les autres jeunes gens, avant d’appuyer sur la gâchette accidentellement, au moment ou Aurian Mi-Poudou s’est saisi du canon de l’arme.

Alexis Cosset aurait finalement décidé de se débarrasser du corps du jeune homme de 16 ans, et entraîné les jeunes gens à sa suite.

La scène se serait déroulée au domicile d’Alain Fourré, le beau-père de Kévin Cosset, après une soirée à boire et à jouer. Alain Fourré confirme cette version des faits, confiant qu’il n’avait pas eu le courage de s’opposer au jeune Alexis.

Maître Alexandra Bouillard, l’avocate de Corinne Poudou, la mère du jeune homme, doute encore de la thèse de l’accident. "Ce que l’on regrette le plus, malheureusement, c’est que la véritable piste n’ait pas été identifiée avant le décès par overdose d’Alexis Cosset, qui aurait pu être entendu, et donner sa propre version sur la chronologie des événements", a-t-elle confié.
 

Prison ferme pour tous ? 


Le procureur Loïc Abrial a requis des peines de prison ferme pour l'ensemble des accusés. Contre El Kacim Kerani, 5 ans de prison ferme. 6 ans contre Kévin Cosset. Contre Alain Fourré, 3 ans de prison, dont 24 mois avec sursis.

Le jugement sera rendu le 23 janvier. 

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus