• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Neuvy-en-Sullias : un couple de Justes reçoit les honneurs

Au cours de la cérémonie à Neuvy-en-Sullias (Loiret), Serge Vanry prononce quelques mots en mémoire de ceux qui l'ont sauvé de la barbarie Nazie. / © Antoine Morel / France 3 Centre-Val de Loire
Au cours de la cérémonie à Neuvy-en-Sullias (Loiret), Serge Vanry prononce quelques mots en mémoire de ceux qui l'ont sauvé de la barbarie Nazie. / © Antoine Morel / France 3 Centre-Val de Loire

En 1942, Marguerite et René Poignard ont caché dans leur maison le petit Serge, l’un des enfants d’une famille de juifs-polonais installés à Paris.
 

Par Amélie Rigodanzo

A Neuvy-en-Sullias (Loiret) où ils résidaient, Marguerite et René Poignard ont reçu ce dimanche 2 décembre 2018, la médaille des Justes parmi les nations à titre posthume. Une distinction pour honorer ceux qui ont sauvé des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

En 1942, ce couple d’agriculteurs a accueilli et caché le petit Serge Vanry, 11 ans, l’un des enfants d’une famille de juifs-polonais installée à Paris.

Serge avait pris un train pour Orléans et rejoint la ferme de René et Marguerite Poignard. Ils l'ont accueilli et caché pendant toute la durée de la guerre. 

Devenu grand, Serge s'est battu pour que les époux Poignard soient reconnus comme Justes parmi les nations. Présent à la cérémonie, il a vu son souhait se réaliser et une plaque être érigée en l'honneur de ses sauveurs.

C'est Robert Poignard (89 ans), le fils des époux, qui devait recevoir la médaille au nom de ses parents à titre posthume. Il n’a finalement pas pu être présent pour des raisons de santé.

En Centre-Val de Loire, 243 hommes et femmes ont été reconnus Justes parmi les nations.
 

Sur le même sujet

Agenda CVDL week-end du 1et 2 décembre 2018

Les + Lus