Covid-19 : les autotests se feront rares dans les pharmacies du Loiret ce lundi

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce 11 avril que les pharmacies pourront vendre des autotests aux personnes asymptomatiques de plus de 15 ans dès ce lundi 12 avril. Mais dans le Loiret, les officines auront dans un premier temps du mal à en proposer à leurs clients. 

Autorisés à la vente en pharmacie dès ce lundi 12 avril, les autotests seront difficiles à trouver cette semaine dans les officines du Loiret, dépendantes du délai de livraison.
Autorisés à la vente en pharmacie dès ce lundi 12 avril, les autotests seront difficiles à trouver cette semaine dans les officines du Loiret, dépendantes du délai de livraison. © Nicolas Landemard/ MaxPPP

La course pour endiguer l'épidémie mondiale continue. Dans un arrêté publié ce dimanche 11 avril dans le Journal officiel, Olivier Véran a autorisé la vente des autotests pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans en pharmacie, dès ce lundi 12 avril. Homologués depuis le 16 mars dernier par la Haute autorité de santé (HAS), ils permettront de savoir si l'on est positif ou non au Covid-19 grâce à un prélèvement nasal réalisé de manière autonome. La HAS indique cependant qu'en cas de résultat positif avec un autotest, un test PCR sera indispensable pour le confirmer et pour détecter un éventuel variant. 

Seul bémol, le déploiement de ces nouveaux tests de dépistage sera progressif et ils seront dans un premier temps difficiles à trouver dans les officines. "Entre l’autorisation et la réalité il y a un décalage, précise Amélie Prieur, pharmacienne à Olivet (Loiret). Nous les avons commandé cette semaine mais il y a un temps de logistique incompressible. On ne devrait les recevoir qu'à partir du 19 avril prochain."

Pas de remboursement pour le grand public

De leur côté, les clients de cette pharmacie regrettent ce retard : "Nous sommes comme les pharmaciens, c’est à dire dans l’attente malheureusement, même si j'imagine que le gouvernement fait ce qu’il peut", énonce l'un d'eux. "Une fois encore l'organisation est mauvaise. Quand on fait des annonces, autant être sûr de ce que l'on dit", tranche une autre.

Tout juste testée, une cliente considère que ce peut être "une bonne alternative". Elle nuance cependant : "Je ne suis pas sûre que ce soit quelque chose de très égalitaire parce que ça a quand même un coût ces tests, donc ça ne sera pas accessible pas à tout le monde." En effet, si le prix-limite de vente de ces autotests s'élèvera à 6 euros, puis à 5,20 euros dès le 15 mai, le ministère de la Santé confirme qu'ils ne seront pas remboursé par l'Assurance Maladie. Ils seront en revanche délivrés gratuitement aux aides à domicile intervenant auprès de personnes fragiles, dans la limite de 10 autotests par mois.  

Toujours dans l'optique de freiner au plus vite la prolifération du virus, Olivier Véran a également annoncé dans le Journal du dimanche l'extension de la vaccination aux personnes de plus de 55 ans dès ce lundi 12 avril.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire politique santé société covid-19