Orléans : les commerçants "non essentiels" organisent une soupe populaire pour sensibiliser le public à leur détresse

Ce mardi 10 novembre à 16h, l'UMIH 45 et La CPME 45 organisent avec leurs adhérents une soupe populaire sur le rond-point du faubourg de Bourgogne à Orléans pour expliquer au public la détresse des commerçants dits "non essentiels" provoquée par leur fermeture lors de ce deuxième confinement. 
Des adhérents de l'UMIH 45 s'étaient déjà rassemblés le 23 octobre place du Martroi à Orléans à l'annonce de la mise en place du couvre-feu pour six semaines.
Des adhérents de l'UMIH 45 s'étaient déjà rassemblés le 23 octobre place du Martroi à Orléans à l'annonce de la mise en place du couvre-feu pour six semaines. © UMIH 45-DR

Beaucoup de nos adhérents sont à bout de souffle. On n'a aucune visibilité de réouverture possible.

Thierry Deraime, président de l'UMIH 45

Thierry Deraime est le gérant d'un bar et d'un restaurant à Orléans. Il est aussi associé dans une brasserie et représente l'UMIH 45,  l'Union des métiers de l'industrie et de l'hôtellerie du Loiret. Il a le moral au plus bas.

Avec la CPME du Loiret, ils ont décidé d'organiser une soupe populaire ce mardi 10 novembre à 16h pour sensibiliser la population à leur désarroi. " Nous organisons une soupe populaire pour dire aux gens que bientôt nous n'aurons plus le choix que d'y avoir recours pour nous nourrir," explique Thierry Deraime.

Et d'ajouter : "Au départ, nous voulions bloquer une route mais en fait il est important que l'action soit pacifique et que le public nous écoute. Une soupe populaire est la meilleure façon d'attirer l'attention des Orléanais." 
 

"Le plus dur, c'est de ne pas savoir combien de temps la fermeture de nos commerces va durer"

"On est tous très angoissés. Si on nous disait qu'on va rouvrir début décembre, ça irait. Mais là nous n'avons aucune notion de temps", déplore Thierry Deraime. " On n'a pas l'habitude de rester sans rien faire dans nos métiers. Est-ce qu'on va devoir attendre deux mois, trois mois, l'arrivée d'un vaccin ? C'est insupportable d'attendre comme ça". 

Pourquoi organiser une soupe populaire pour les commerces "non essentiels" ce mardi 10 novembre ? 

Si l'UMIH 45 et la CPME 45 ont décidé d'organiser cette soupe populaire ce mardi 10 novembre, c'est pour alerter le public avant les annonces de Bruno Lemaire prévues mercredi ou jeudi. " "Faute de réouverture, nous espérons qu'avec l'évolution du fonds de solidarité on aura un peu plus d'aide. Mais les formulaires de demande ne seront mis en ligne que le 20 novembre. Et puis ce qu'on veut nous c'est travailler. C'est tout", conclut le président de l'UMIH 45. 

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie confinement