Cet article date de plus de 3 ans

Orléans : procès des meurtriers de Karim Khemali, enlevé et tué pour une dette de 2 500 euros

La cour d'Assises du Loiret juge ce lundi les meurtriers de Karim Khemali, un homme de 32 ans enlevé et tué en mars 2015 et dont le corps calciné a été retrouvé près des bords de Loire à la Chapelle-St-Mesmin près d'Orléans.
Quatre individus sont jugés à partir de ce lundi par la cour d’Assises du Loiret pour le meurtre de Karim Khemali, un habitant de Limoges âgé de 32 ans au moment des faits. Son corps calciné a été retrouvé le 30 mars 2015 près des bords de Loire à la Chapelle-St-Mesmin à côté d’Orléans.
 

2 500 euros de dette

Ce procès est celui d’une tentative d’intimidation qui dégénère sur fond de trafic de stupéfiants en Haute-Vienne. Karim Khemali, la victime, habite Limoges. Il a une dette de 2 500 euros envers deux des quatre accusés. Afin de récupérer leur argent, les protagonistes enlèvent Karim Khemali et le frappent. Celui-ci leur échappe et dépose plainte au commissariat de Limoges.
 

Enlevé, séquestré et tabassé à mort

Trois semaines plus tard, le scénario se répète et s’achève en drame. Dans la nuit du 28 au 29 mars 2015, Karim Khemali est à nouveau enlevé, séquestré et violemment frappé. Il décède sous les coups de ses agresseurs.

Ceux-ci décident alors de mettre le cadavre dans une valise, le déposent dans une voiture et roulent vers le Loiret. Ils se débarrassent de la valise, après y avoir mis le feu, aidé d’un quatrième individu, non loin des bords de Loire, à la Chapelle-St-Mesmin, près d’Orléans.
 

Réclusion criminelle à perpétuité

Trois des accusés sont jugés pour enlèvement, séquestration et tentative d’extorsion avec violences ayant entraîné la mort. Le 4ème individu est accusé de recel de cadavre d’une personne victime d’homicide.

La cour d’Assises du Loiret a cinq jours pour déterminer les degrés de responsabilité des quatre accusés.
Trois d'entre eux encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société drogue faits divers