Cela pourrait coûter jusqu'à 500 000 euros pour enlever des bouts de verre éparpillés sur la pelouse de l'US Orléans

Rendue impraticable depuis fin novembre à cause de la présence de bouts de verre, la mairie d'Orléans a décidé d'interdire la tenue des matchs sur le terrain d'honneur du stade de la Source jusqu'à son remplacement complet.

L'US Orléans pourrait ne pas remettre un crampon sur son terrain d'honneur avant 2024. En cause : la présence de morceaux de verre dans la pelouse, parfois de plusieurs centimètres, qui rendent son utilisation dangereuse. La faute à une erreur au cours d'une opération, pourtant courante, de sablage qui doit permettre au gazon de se régénérer en hiver.

La société qui a en charge l'entretien de la pelouse évoque un problème avec son fournisseur de sable. Mais outre la recherche des responsabilités dans ce couac, c'est surtout la fin de saison de l'US Orléans qui se trouve chamboulée. La mairie, propriétaire du terrain, a pris un arrêté municipal le 30 novembre pour interdire son utilisation.

Depuis, des ouvriers s'affairent à retirer les morceaux de verre. Un véritable travail de fourmi qui ne sera pas suffisant d'après les conclusions du cabinet Novarea, spécialisé dans les diagnostics des sols sportifs, mandaté par la ville.

"Le terrain est hybride, il est constitué de fibre tissée recouverte de terre et de pelouse naturelle", explique le conseiller municipal en charge des sports Romain Lonlas. "Les bouts de verre vont se loger au fond et quand il pleut, ils remontent. Et au fur et à mesure du passage des joueurs, on n'a pas la garantie que les crampons ne feront pas remonter des morceaux pendant les matchs."

Le cabinet préconise donc de scalper entièrement la pelouse. Deux choix s'offriraient ensuite à l'USO: Semer et attendre la repousse, ce qui obligerait le club à trouver des terrains de replis pour de longs mois, ou poser des rouleaux de gazon pour permettre à l'équipe de regagner son terrain en quelques semaines, mais pour une facture multipliée par dix. La mairie a décidé de maintenir son arrêté pour "ne pas faire prendre de risques aux joueurs en attendant les décisions qui seront prises par la SASP (ndlr de l'USO)".

L'entraineur de l'USO très énervé

Une décision qui a fait sortir de sa réserve le nouvel entraineur de l'USO, arrivé il y a à peine un mois à la tête de l'équipe. Au cours de sa dernière conférence de presse, Karim Mokkedem a jugé le projet de scalpage "démesuré" et fustigé le coût de l'opération estimé entre 300 et 500 000 euros. Pour lui, le nettoyage de ces dernières semaines est suffisant et aurait rendu le terrain "jouable à 100%". "S'il y avait des morceaux de verre saillants, gros comme ma main qui peuvent sectionner un tendon, je vous dirais pas ça. Mais ce n'est pas du tout le cas."

Le match de championnat face à Epinal vendredi 15 décembre devra se jouer sur le terrain synthétique tandis que celui de coupe de France début janvier pourrait être déplacé au stade de rugby des montées où officie habituellement le RC Orléans.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité