"Ils ne sont pas plus cons que des Maghrébins" : après des propos racistes, Bernard Casoni l'entraineur de l'US Orléans dans la tourmente

L'entraîneur orléanais Bernard Casoni est accusé d'avoir tenu des propos racistes. Le club a annoncé mener une enquête interne. L'entraîneur n'est pas présent ce mardi 10 octobre à la séance d'entraînement.

La cassure est actée entre le groupe de l'US Orléans et son entraîneur Bernard Casoni. Ce lundi 9 octobre, dans un article de France Bleu Orléans, plusieurs joueurs de l'US Orléans et d'autres membres du club accusent Bernard Casoni d'avoir tenu des propos racistes.

"Ils ne sont pas plus cons que des Maghrébins"

Actuellement 17ᵉ (sur 18) de National, les mauvais résultats du club et sa gestion de l'effectif posait notamment problème, n'hésitant pas à mettre des joueurs clés à l'écart pour les piquer dans leur orgueil. Mais il y a plus grave, Bernard Casoni, en conférence d'avant-match face à Châteauroux, le 21 septembre dernier, interrogé sur les difficultés rencontrées pour que son groupe adhère à ses principes, avait déclaré : "Mon rôle, c’est de leur dire, de leur montrer et de les aider à résoudre les problèmes. Voilà, c’est tout. Je l’ai fait dans tous les clubs où je suis passé, je l’ai fait avec des Maghrébins ! Ils ne sont pas plus cons que des Maghrébins hein… Je veux dire, voilà, c’est le rôle d’un entraîneur". 

Une phrase qui serait répétée régulièrement par le coach lors des séances d'entraînement, apprend France Bleu Orléans. Des propos confirmés anonymement par certains joueurs de l'effectif orléanais. Mais ce n'est pas tout, l'entraîneur orléanais aurait, pendant un entraînement au milieu du mois d'août, dit "pas besoin de chasubles pour eux, ils sont déjà noirs, soi-disant sur le ton de l'humour", explique un joueur de l'USO. Il aurait aussi demandé à "blanchir l'effectif" à ses dirigeants. 

C’est du chambrage ! Je suis un gars du sud, c’est du football, ce n’est que du chambrage. Aujourd’hui, on ne peut plus rien dire.

Bernard Casoni, à propos de sa possible demande de "blanchir l'effectif".

Face à ses accusations de racisme, Bernard Casoni se défend."Ma phrase sur les Maghrébins en conférence de presse, c'est pour dire à mes joueurs qu'ils sont aussi intelligents que des Maghrébins". Il poursuit : "J'ai bossé six ans là-bas (en Algérie, au Qatar et au Maroc) et vous pensez que je suis raciste ?".

Concernant sa demande de "blanchir l'effectif", il répond : "Je n'ai jamais demandé à blanchir l'effectif, moi je veux simplement qu'il y ait un équilibre dans l'équipe. Il ne faut pas qu'une communauté soit trop représentée"

Une enquête ouverte par le parquet d'Orléans

Ce mardi 10 octobre, la conférence de presse d'avant-match contre Cholet (le 11 octobre) a été annulée et la séance d'entraînement se tiendra aussi à huis clos. Le club a annoncé mener une enquête interne. 

Enfin, selon l'Équipe, le Conseil National de l'éthique a saisi la commission de discipline de la FFF. De plus, une enquête est ouverte par le parquet d'Orléans. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité