"La Gironde est dévastée, la Sologne est menacée" : une tribune contre l'engrillagement signée par François Cluzet et Nicolas Vanier

Des personnalités politiques du Centre-Val de Loire ont signé, avec les deux figures du cinéma français, une tribune pour dénoncer les conséquences de l'engrillagement si un éventuel mégafeu se déclenchait en Sologne.

La Gironde brûle toujours, à 300 km du Centre-Val de Loire. Assez loin pour ne pas voir les canadairs passer au-dessus de nos têtes, mais assez prêt pour se poser la question : qu'adviendra-t-il de la Sologne en cas de feu incontrôlable ?

Cette question semble hanter plusieurs personnalités bien connues dans la région, qui ont décidé de signer une tribune parue ce jeudi 21 juillet. "La Gironde est dévastée par le feu ! La Sologne est tout autant menacée", commence le texte, signé par le président PS de la région François Bonneau, par son vice-président délégué à la Biodiversité Jean-François Bridet, et par le député Renaissance du Cher François Cormier-Bouligeon. La tribune porte également la signature de Nicolas Vanier, réalisateur habitué de la Sologne, et de son acteur fétiche François Cluzet.

"Agir sans délai"

Face aux mégafeux de Gironde, les signataires constatent que "les conséquences terribles du dérèglement climatique pour les territoires, les paysages et la biodiversité sont plus que jamais évidentes et menaçantes". Le texte note que, selon le 6e rapport du GIEC, le risque de feux de forêt va s'accentuer dans des régions comme le Centre-Val de Loire, peu familières aux incendies spectaculaires.

Or, la région héberge l'une des plus grandes forêts de France, la Sologne. Et entre la Sologne et la forêt des Landes, les signataires voient un lien très concret :

Alors que les incendies ont ravagé la Gironde, montrant des pompiers freinés dans leur intervention par des grillages et des animaux piégés dans une forêt en feu, l'impérieuse nécessité d'agir sans délai s'impose partout et notamment pour sauver notre Sologne.

Tribune du 21 juillet 2022

Car, en Sologne, rares sont les sujets qui cristallisent autant la colère que l'engrillagement, pratique mise en place par de grands propriétaires terriens pour se constituer des zones de chasse privées. "En Sologne aujourd'hui, on compte 4 000 km de clôture, avec des espaces fermés allant jusqu'à 4 000 hectares. Que se passera-t-il le jour où l'intervention urgente des pompiers sera freinée par les grillages dans leur combat contre l'incendie", s'interrogent les signataires de la tribune.

Loi portée disparue

Le texte fustige également que "les mesures fortes pour rendre à la Sologne sa nature et sa biodiversité" préconisées par le rapport interministériel d'aout 2019 sur l'engrillagement soient "resté[es] lettre morte". Le député Cormier-Bouligeon avait d'ailleurs déposé une proposition de loi "contre l'engrillagement des forêts françaises" en novembre 2021, depuis renvoyée en commission et toujours en attente de tout examen.

Les signataires en appellent à la Première ministre Elisabeth Borne pour que "sans délai, soit interdit cet engrillagement porteur de menaces si violentes pour la Sologne". Ils promettent aussi un appel prochain à "une très large mobilisation" publique, "afin d'élaborer une Charte commune soumise à la signature du plus grand nombre". Associations, acteurs de terrain et élus se retrouveront pour une conférence de presse le 8 septembre à Orléans.