• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loiret : la chapelière d'Orléans revendique son artisanat

© France 3 CVDL
© France 3 CVDL

Dans le cadre de la semaine de l'artisanat, nous nous sommes intéressés à Anne-Marie. Elle tient, avec sa soeur une chapellerie en plein centre-ville d'Orléans, un véritable paradis du chapeau. Anne-Marie se considère elle-même comme un artisan

Par Elsa Cadier

La chapelière "folle" est installée à Orléans ! 

Dans le centre-ville d'Orléans, rue Roguet, Anne-Marie Auzenne tient une chapellerie depuis quatorze ans. Après des années à travailler dans le prêt-à-porter, elle a ouvert un petit magasin d'accessoires en s'engouffrant dans la niche des chapeaux cruellement absents à l'époque. Dès la première année, les coiffes ont pris le pas. Depuis, elles sont devenus sa passion ou plutôt les clients sont le centre d'intérêt de sa boutique. La devise d'Anne-Marie ? "Chaque tête a son chapeau et chaque chapeau a sa tête". Sa priorité ? Apporter des conseils et proposer un service complet : 
 

Je me considère comme un artisan. Internet ne m'intéresse pas. Je préfère être auprès des clients. C'est important pour moi.


Anne-Marie exerce son métier avec passion et ça se voit. De la vente, à la retouche, elle propose aux clients un service complet. Un genre de commerce traditionnel qu'elle a su remettre au goût du jour. 

La chapelière folle s'installe à Orléans

 

Le paradis du chapeau est bien à OSE

Anne-Marie, dans l'esprit du commerce traditionnel se considère comme un artisan. " Bien s'occuper du client, ne jamais dire non... c'est ça le secret. C'est savoir l'accueillir, lui prodiguer des conseils personnalisés jusqu'à la fin de la vente et lui dire de revenir s'il a un souci du genre : il fait tomber son chapeau dans l'eau, il est trop grand ou trop petit..."
 
 

L'artisanat qui marche

Anne-Marie est la preuve vivante que l'artisanat peut être un succès. Son chiffre d'affaire atteint 220.000 euros. Pas si mal pour la gérante avec une salariée. Elle ne se plaint pas d'ailleurs. Si chaque tête peut trouver son chapeau, chaque période de l'année a son rush et en ce moment, ce sont les mariages qui sont à l'honneur. Alors, pas le temps pour Anne-Marie de chômer. C'est ça la rançon de la gloire... 
 
Semaine de l'artisanat l la chapelière "folle" d'Orléans

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des défenseurs de la cause animale à la Fête de la Sange de Sully-sur-Loire (Loiret)

Les + Lus