• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loiret : elle témoigne de son passé de SDF et de femme battue sur les réseaux sociaux

Marion Durant a connu l'enfer pendant 2 ans et demi. La jeune femme a décidé de rebondir. Après avoir trouvé des solutions à sa situation, elle compte venir en aide à ceux qui en ont encore besoin. 

Par France 3 Centre-Val de Loire

Plusieurs directs sont répertoriés sur sa page Facebook. "Mon paradox" pour les réseaux sociaux, Marion Durant dans la vraie vie, raconte ses mois à les rues d'Orléans à l'hiver 2015, puis son quotidien avec un "pervers narcissique" à Villemandeur. Avec ses mots, elle espère apporter un soutien aux femmes qui décident de partir de chez elle, de fuir ces situations. 

Régulièrement, depuis Beaune-la-Rolande dans le Loiret, Marion Durant poste une vidéo retraçant ses moments les plus difficiles. Elle y raconte notamment son premier week-end au Relais d'Orléans, hébergement à la nuit pour les sans-abris. Un homme l'y a agressée alors qu'elle en attendait l'ouverture, aux alentours de 22h30. 


Le dispositif est simple, un téléphone, et sa voix pendant un peu plus de 10 minutes. Le discours est dur, et "contrairement à [ses] apparitions dans les médias, là, [elle peut] tout dire, même des choses crues et difficiles".

Ces mésaventures, Marion Durant a l'attention de les retranscrire dans un livre. Elle le rédige actuellement, pendant sa période de chômage, en s'occupant de sa fille. Plusieurs éditeurs ont été contactés, mais aucun n'a répondu pour le moment. 

Dans un mois, un emploi attend la jeune fille : elle va devenir ambassadrice pour une marque de cosmétique qui reverse ses bénéfices aux associations de protection des femmes. Plus tard, Marion Durant deviendra peut-être assistante sociale, mais pas de politique pour la jeune femme : ce qu'elle souhaite, c'est rencontrer les gens dans le besoin, sur le terrain, et les accompagner dans leurs démarches. 

Et ça a déjà abouti. Grâce à son aide, un SDF aurait déjà trouvé un logement, raconte-t-elle. Plusieurs femmes viennent lui parler en messages privés sur Facebook, elle leur délivre alors ses conseils et son expérience. 

Beaucoup disent se préparer psychologiquement à fuir, mais ne connaissent pas les solutions et les accompagnements administratifs. Je les conseille et les oriente vers mon assistante sociale.

La jeune femme pense à créer une association, sur Orléans ou Montargis.

Quelques chiffres 

L'ancienne situation de Marion Durant n'est évidemment pas un cas isolé. En France, chaque année, 225 000 femmes seraient victimes de violences physique et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. Seulement 19% portent plainte.

Selon les derniers chiffres de l'Insee, près de deux sans-domicile sur cinq sont des femmes : "la proportion de femmes diminue lorsque l’âge augmente. 48 % parmi les 18-29 ans, 31 % parmi les plus de 50 ans" continue le rapport. Des solutions leurs sont particulièrement proposées pour des raisons de sécurité et d'hygiène.

Cathy Dogon

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus