Orléans (Loiret) : un jeune homme séquestré et torturé

Coups de fouet et de ceintures à clous c'est un véritable guet-apens dans lequel s'est retrouvé un jeune homme de 19 ans. Des scènes particulièrement horribles, racontées en détail, au cours de la garde à vue des auteurs présumés.

C'est une véritable scène d'horreur qui s'est déroulée le week-end dernier.
Six personnes, soupçonnées d'avoir séquestré et torturé un jeune homme à Orléans (Loiret), ont été déférées devant le parquet et mises en examen pour "violence, actes de torture et de barbarie et séquestration". Âgés de 14 à 22 ans, ces individus ont été interpellés après une plainte déposée par la victime. 

Aspergé avec un extincteur

Tout commence début mars par un évènement banal. La victime âgée de 19 ans croise un autre jeune homme dans le tramway qui s'adresse à lui. Mais avec ses écouteurs sur les oreilles, le premier n'entend pas. L'autre se vexe, décide le racketter et le frappe une première fois.

Ils se recroisent à la fin du mois de mars avec un troisième individu. Le jeune homme est à nouveau frappé mais cette fois ci  à coups de barres de fer et aspergé avec un extincteur. On lui réclame toujours plus d'argent.

"On jouait au penalty avec sa tête" !

On lui donne ensuite rendez-vous, le week-end dernier dans un appartement du centre-ville d’Orléans, chez une connaissance commune. Le jeune homme se rend sur place. Il est conduit au sous-sol de la résidence. Là, il va subir une scène de torture avec des actes de barbarie particulièrement graves. Selon le procureur de la République d'Orléans Nicolas Bessome : "il a été frappé à coups de poings, à coups de pied. On jouait au penalty avec sa tête, au trampoline en lui sautant sur le torse et sur le visage à pieds joints".

Toujours selon le procureur il y a eu également usage de fouets et de ceintures cloutées.

Résultat : dix jours d'ITT, une hospitalisation et un corps tuméfié de la tête aux pieds.

L'ensemble de l'équipe a été interpellée et placée en garde à vue. "Un juge d'instruction a été saisi", poursuit  le procureur de la République d'Orléans, car il s'agit de faits criminels". 
L'auteur principal des faits a été placé en détention provisoire.  Les cinq autres jeunes ont été placés sous contrôle judiciaire.

Une victime fragile

Après avoir appelé les pompiers, la victime qui réussira à s'échapper s’est donc rendue cette fois, sur les conseils d’une amie, au commissariat pour porter plainte.

Ce jeune homme âgé de 19 ans était en rupture de ban familial, "de temps en temps chez son père ou dans la rue. Et c'est dans la rue qu'il a fait ces mauvaises rencontres avec ces individus qui ont profité de sa vulnérabilité pour le le massacrer à plusieurs". 

Enfin toujours selon le procureur l'argent n'était qu'un prétexte pour justifier un déchaînement de violences sordides subies par la victime.