PORTRAIT. De cheffe d'entreprise à coach en développement personnel, le parcours de l'orléanaise Elisa Pinault

Elisa Pinault avait 24 ans quand elle a créé en 1976 sa première société. Elle en aura plusieurs. Aujourd'hui, cette cheffe-d’entreprise a vendu ses magasins pour se reconvertir avec succès dans le Coaching en développement personnel et le Management.

Orléanaise, Elisa Pinault est une femme de tête. Une "working-girl". Mariée mère de 3 enfants, présidente des Vitrines d’Orléans pendant 11 ans et désormais auto-entrepreneure.
Orléanaise, Elisa Pinault est une femme de tête. Une "working-girl". Mariée mère de 3 enfants, présidente des Vitrines d’Orléans pendant 11 ans et désormais auto-entrepreneure. © T. Mbaka -F3CVDL

Elle avait à peine 24 ans quand elle a ouvert son premier magasin. Dans la lingerie, puis la maroquinerie, la parfumerie et le prêt à porter entre autres. Elle était à la tête de 25 salariés. Après des décennies d’une activité trépidante, Elisa Pinault a vendu ses magasins pour se reconvertir dans le Coaching en développement personnel et le Management.

Auto-entrepreneure, elle ne démarche pas les entreprises. C’est elles qui vont à sa rencontre avec des yeux de Chimène. Des structures de toutes tailles. Parfois, ses clients ont des parcours individuels. Leurs demandes sont aussi multiples que variées.

« Comment manager une équipe de force de vente, gérer des changements d’activité, accompagner des réorientations professionnelles? La gestion de crise est un volet important de mon activité de coaching. C’est par exemple, un chef d’entreprise qui me sollicite. Ses salariés se plaignent du comportement d’un supérieur hiérarchique. Réputé trop autoritaire ou trop laxiste. Doit-il changer de poste de travail? Comment l’aider à trouver le bon ton et des relations de travail apaisées? Parfois, c’est un salarié qui exprime sa souffrance au travail. Il se sent en burn-out ou inadapté à son nouveau poste de travail.. Je vois des gens qui arrivent dépressifs et qui repartent comme transfigurés...».

Même si la frontière est très ténue, le coaching ce n’est pas de la thérapie. « Le coaching c’est une hygiène mentale.»

Le coaching en management "ce sont es réponses adaptées à la résolution du problème"

Dans sa vie d’avant de cheffe d’entreprise, et de commerçante, Elisa Pinault s’est enrichie d’une expérience et d’une expertise, qui la confortent et qui la  consolident dans sa nouvelle activité.

« C’est agréable de se sentir choisie. C’est une reconnaissance qui m’oblige. C’est beaucoup de travail en amont. Quand je m’occupe par exemple d’un manager qui a un problème avec son équipe, il faut ausculter l’entreprise. Il faut ensuite écouter très activement mon client, cerner ses attentes. Nous allons pas à pas mettre en place des réponses adaptées à la résolution du problème. Je ne donne  pas des solutions clés en mains, toutes faites. Je ne suis pas un maître à penser. C’est avec des petits objectifs atteints que l’on va au bout du chemin. Le contrat c’est  souvent un triptyque. L’employeur, le salarié et moi. »

Pour une entreprise, le processus créatif peut prendre 6 à 8 mois. Compter une dizaine de séances au rythme d’un rendez-vous mensuel d’une heure et demie à deux heures chaque fois. Un travail à faire est souvent remis au client pour tester des changements dans l’entreprise, commencer une réorganisation ou une nouvelle orientation par exemple.

« J’ai tout un classeur d’exercices adaptés aux besoins. Analyse  transactionnelle, programmation neurolinguistique ou PNL, communication non violente, cohérence cardiaque pour apprendre à respirer pour un émotif. Difficile de tous les énumérer. C’est le client qui sait quand il a atteint son objectif. Il se sent comme libéré d’un poids. Tout devient plus fluide. Le coaching c’est souvent un appel au secours pour sortir de l’impasse.. »

Le coaching en développement personnel et le management, c’est moins trépidants que la vie de Cheffe-d’entreprise et de Responsable associative. Elisa Pinault est une femme de tête. Une working-girl. Mariée mère de 3 enfants, présidente des Vitrines d’Orléans pendant 11 ans et désormais auto-entrepreneure. Et chevillée au corps, cette même passion qui l’anime. Encore et toujours. Son carburant à elle, ce sont les autres.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société économie