• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Un premier bilan positif pour la brigade anti-incivilités d'Orléans

© IP3 PRESS/MAXPPP
© IP3 PRESS/MAXPPP

Les agents municipaux chargés de verbaliser les actes d'incivilités du quotidien ont dressé une quinzaine de PV depuis le début du mois de janvier à Orléans. Ils ont surtout reçu un bon accueil. 

Par Camille Belsoeur

Mise en place en janvier 2019, la brigade anti-incivilités d'Orléans traque les déjections canines, les jets de mégots, les crachats ou les dépôts sauvages d'ordures dans les rues du centre-ville et des quartiers Dunois et Madelaine. Une présence qui était réclamée par certains habitants, mais aussi par les services de nettoyage municipaux, témoins de nombreux abus. 

De nombreuses affiches de prévention, qui affichent en grand format des excréments ou des mégôts avec la mention "punissable de 135 euros d'amende", parsèment désormais Orléans. Et plus grand-monde ne peut ignorer la campagne menée par la ville. 

Une bonne acceptation sociale de la brigade

"Depuis le début du mois de janvier, nos agents municipaux de la brigade anti-incivilité ont dressé une quinzaine de PV et ont sensibilisé autant de personnes prises en flagrant délit", affirme Olivier Geffroy, adjoint au maire chargé du volet "sécurité, tranquillité publique". "On s'était rendu compte que ce n'était pas simple pour des policiers municipaux de prendre les gens en flagrant délit à cause de leurs uniformes. Là, nos agents sont discrets et il est plus facile pour eux de surprendre les incivilités. Il d'ailleurs dire qu'on est surpris de l'acceptation sociale des amendes. Les personnes prises en flagrant délit acceptent plutôt bien la sanction", ajoute Olivier Geffroy.

S'ils ont pour consigne de verbaliser quand c'est nécessaire, les agents de la brigade anti-incivilité savent aussi faire preuve d'humanité. "Un jour, ils ont surpris le chien d'une dame âgée faire sa crotte dans un parc. Mais ils se sont rendus compte que le chien était un peu grabataire. Ils ont simplement averti cette habitante qui a tout de suite compris et emmené son chien dans ses bras", conclut l'adjoint au maire. 

Sur le même sujet

Ce que j'aime dans le mandat de Maire...

Les + Lus