Relance : 37 usines automobiles et aéronautiques soutenues financièrement par le gouvernement

Ce lundi 5 octobre, Bruno Le Maire a annoncé que 13 nouvelles entreprises rejoignaient les 24 déjà aidées par un fond de soutien à l'investissement dans le cadre du plan France Relance. L'une d'elle se situe à Orléans.

37 sites industriels ont bénéficié du fonds de soutien du gouvernement, dont un à Orléans. Photo d'illustration
37 sites industriels ont bénéficié du fonds de soutien du gouvernement, dont un à Orléans. Photo d'illustration © Lionel VADAM / Maxppp
Le "fonds de soutien à la modernisation des filières automobiles et aéronautiques" a été créé par le ministère de l’Economie pour venir en aide à ces deux secteurs industriels, parmi les plus touchés économiquement par la crise du covid-19

Ce lundi 5 octobre, le ministre de l’Economie et la ministre déléguée à l’Industrie ont annoncé soutenir financièrement 13 nouvelles usines automobiles et aéronautiques sur le territoire national. Elles viennent rejoindre les 24 sites déjà annoncés en septembre, dont le fondeur SIFA Technologies, installé à Orléans.
 

La préservation des 400 000 emplois industriels pour l’automobile et des 300 000 pour l’aéronautique est la principale inquiétude suite à la crise économique de ces secteurs. Avec la création de ce fonds de modernisation, le Gouvernement veut promouvoir l’innovation pour relancer la production, et ainsi protéger les emplois.  Tout en répondant aux enjeux techniques et environnementaux à venir.
 
Et il se donne les moyens de ses ambitions : 300 millions d’euros seront injectés sur trois ans au fonds de soutien, dont 100 millions rien qu’en 2020. Les entreprises qui veulent en bénéficier peuvent postuler jusqu’au 17 novembre à l’appel à projet organisé par le Conseil national de l'industrie (CNI)

A ce jour, plus de 1000 dossiers ont été déposés, dont celui de l’entreprise SIFA Technologies, donc. L’entreprise est spécialisée dans la fonderie de métaux légers pour l’industrie automobile. Contactée, la direction basée à Orléans nous a confié qu'elle ne savait pas la somme qui lui sera allouée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie industrie automobile aéronautique