Drogue : 25 kilos d'héroïne saisis à Orléans, six individus interpellés

L'office anti-stupéfiant d'Orléans a saisi 25 kilos d'héroïne durant le week-end du 20 et 21 mars. Au total, six personnes ont été interpellées. Quatre sont déjà en détention provisoire.

25 kilos d'héroïne ont été saisis à Orléans. Photo d'illustration
25 kilos d'héroïne ont été saisis à Orléans. Photo d'illustration © BELPRESS/MAXPPP

Les enquêteurs de l'OFAST d'Orléans ont interpellé dimanche 21 mars six personnes, impliquées dans la livraison de 25 kilos d'héroïne dans le Loiret. L'office anti-stupéfiant avait été informé de ce trafic début 2021. Les informations recueillies indiquaient  alors qu'il s'agissait "d'un trafic de stupéfiants d'ampleur dans la région orléanaise et organisé par deux individus" selon la procureure Emmanuelle Bochenek-Puren. 

Après ouverture de l'enquête, les premières investigations ont révélé que les malfaiteurs acheminaient les stupéfiants depuis les Pays-Bas et effectuaient régulièrement le trajet pour acheminer la marchandise.

Dans la nuit du 20 au 21 mars, les forces de l'ordre se rendent à proximité du péage d'Orléans-centre, là où la remise de stupéfiants est susceptible de se dérouler. Sur place, elles trouvent deux personnes, identifiées comme membres du réseau, et deux autres individus à bord d'un poids-lourd.

Quatre des six personnes en détention provisoire

Le duo de trafiquants avaient en sa possession quatorze kilos d'héroïne. Les deux chauffeurs routiers disposaient quant à eux de 10 500 euros en espèce. Lors de la fouille du camion, les enquêteurs ont également trouvé neuf kilos d'héroïne et six kilos de produit de coupe, particulièrement bien dissimulés.

Le 22 mars, deux autres individus supplémentaires sont interceptés et 1,2 kilos d'héroïne sont une nouvelle fois saisis pendant la perquisition. Placées en garde-à-vue, ce sont au total six personnes qui seront présentées devant un magistrat instructeur pour "importation, acquisition, transport, détention, offre ou cession de stupéfiants, et blanchiment". Quatre d'entre elles sont en attendant placées en détention provisoire pendant que les deux autres sont sous contrôle judiciaire et sous le régime de témoin assisté.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers drogue