VIDEO. Femmes, seniors, carrières hachées : qui seront les perdants de la réforme des retraites ?

durée de la vidéo : 00h03mn02s
Dossier. Les perdants de la réforme des retraites ©France télévisions

Depuis le 2 mars, la nouvelle version du projet de loi sur la réforme est arrivée au Sénat. Ce nouveau texte introduit des modifications sur l’index senior, mais des évolutions peuvent encore avoir lieu notamment sur les carrières longues et les retraites pour les femmes.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"J'ai les boules, pour être tout à fait honnête avec vous." Et Magalie Sendra, mère de trois enfants, n'est pas la seule. Pour avoir la retraite à taux plein, il faudra qu'elle la prenne à 67 ans. La faute à une carrière hachée qui l'a forcée à enchaîner des CDD à mi-temps. 

Les femmes et les hommes inégaux devant la retraite

Les retraites des femmes fait partie des points d'achoppements de la réforme, que le gouvernement a eu bien du mal à défendre au cours des dernières semaines. En 2021, les femmes ont touché en moyenne 1145€ comme pension de retraite, contre 1924€ pour les hommes, soit un écart de 40%. Principalement parce qu'elles n'ont pas pu cotiser autant d'annuités.

"Tout ce qu’on donne à la société pour élever correctement nos enfants, en faire des adultes responsables, ça ne compte pas, il n'y a que la productivité qui compte ?", rétorque Magalie Sendra. "Produire, produire, produire. Est-ce que c’est ça la vie ? Pas pour moi."

Pas de compensation en vue pour ces mères de famille dans la réforme des retraites après son court passage à l'Assemblée nationale. Désormais, c'est au Sénat de discuter le texte depuis le 2 mars. Sur ce sujet, la droite veut proposer une surcote de 5% aux mères de famille qui auraient une carrière complète et l'âge légal, ou bien un départ anticipé à taux plein.

Inemployables à 55 ans, mais toujours pas retraité à 65 ?

Mais pour bénéficier d'une retraite à taux plein, encore faut-il avoir pu cotiser. Selon l'Insee, seuls 56% des 55-64 ans, la catégorie des seniors, possèdent un contrat de travail. Pour les autres, le CDI a des allures de Graal inatteignable. C'est le cas de Diane Kohi, ancienne aide-soignante de 54 ans.

"Je peux travailler jusqu’au bout pour arriver à la retraite, si je trouve un boulot bien stable", estime-t-elle, "un boulot qui peut aller avec ma santé, il n'y a pas de soucis. Mais quand tu fais les différentes demandes et personne ne t’appelle, automatiquement tu comprends que tu n’as plus l’âge."

La solution du gouvernement face à ce chômage des seniors : l'index senior. La mesure, refusée à l'Assemblée nationale, devrait elle aussi refaire surface lors des débats au Sénat.

L'écueil des carrières longues

Autre point, qui devrait évoluer au Sénat : la durée de cotisation des carrières longues, ces travailleurs qui ont commencé avant 21 ans. À quel âge pourraient-ils partir ? Salarié depuis ses 15 ans, Pascal Dangle, n'envisage pas de continuer au-delà de 60 ans.

"Non, c'est pas possible", lâche le technicien de scierie de 51 ans. "C'est dur quand même, c'est un métier dangereux", où il faut être "attentif" pour éviter les accidents, mais aussi avoir la forme physique de retenir et de manipuler des outils et des morceaux de bois imposants.