VIDÉO. La corneille, nouvelle "égérie" du peintre Capton

durée de la vidéo : 00h03mn07s
Nous vous emmenons dans l’atelier du peintre animalier Capton. Ses modèles sont des taureaux des chevaux, des coqs, des moutons, des animaux de ferme qu’ils rencontrent au gré de ses déambulations. Ils captent leurs émotions et les figurent dans une peinture qui lui a valu en 2022 la médaille d’Or du Salon National des Artistes Animaliers de Bry-sur-Marne ©France télévisions

Connu pour ses portraits d’animaux de ferme, le peintre orléanais Gilles Capton s'est emparé de nouveaux sujets à représenter, des corvidés qui lui ont valu en 2022 la médaille d’or au Salon National des Artistes Animaliers de Bry-sur-Marne.

Dans l’atelier du peintre, la "Corneille" interpelle immédiatement le visiteur. De par son grand format (146x114cm) mais surtout par la palette des "noirs" - qui n'ont rien à envier à Pierre soulages et les touches de couleurs – subtiles qui éclairent le plumage du corvidé et où se découvre par contraste, tapi dans l’ombre, un regard expressif et empreint d'intelligence.

Pas vraiment des oiseaux de malheur

Sans délaisser les taureaux, ses modèles de prédilection - les fameux portraits qui ont assis sa notoriété, Gilles Capton a élargi son observation du monde animal à ceux de ces oiseaux que l’on dit de malheur.

L’idée lui est venue durant la crise sanitaire. Coincé dans son atelier, il se met à observer les volatiles tapant dans son carré de jardin une pitance généreusement distribuée par la "maison".

Ces nouveaux modèles "m'ont apporté une autre façon de peindre et plus de richesse dans mon travail de la lumière" avance le peintre qui a obtenu en 2022 la médaille d’or du Salon National des Artistes Animaliers de Bry-sur- Marne. Cette reconnaissance vient saluer une œuvre tout entière dédiée à la figuration d’animaux "domestiques", ceux de la ferme, vaches, chevaux, coqs dont Capton a su capturer la vie en présence.

Des sujets rencontrés au gré des expos

En visitant la rétrospective consacrée au Musée d’Orsay à l’illustre peintre animalière du 19e siècle, Rosa Bonheur, l’artiste s’aperçoit qu’il procède de la même façon qu’elle. Il commence chaque portrait par l'expression d'un regard. Ces sujets, il les choisit ou plutôt il les rencontre sur les routes de France qu’il sillonne au gré de ses expositions. 

Quand je m’arrête pour regarder un troupeau, il y a trois ou quatre vaches qui vont être mes modèles car il y a quelque chose qui se passe entre nous dans le regard, j’ai envie de les peindre,  ça commence comme ça. 

Gilles Capton, peintre

La peinture figurative de Capton s’inscrit dans le courant de la Nouvelle Renaissance, emprunté aux artistes espagnols. Un courant encore très minoritaire en France et dans lequel l’artiste s’illustre par le regard bienveillant, profondément humain, qu’il porte sur le monde animal.

Expositions en cours :

  • Animal instinct" - Exposition à la Galerie Courcelles - Paris 17e - jusqu'au 11 mars 2023.
  •  "Corpus" - Exposition à la Galerie 3838 à Angers jusqu'au 28 février. 
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité