• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Villereau (Loiret) : après la démission du conseil municipal au complet, la commune sous la tutelle de la préfecture

Une délégation de la préfecture est en charge de la mairie de Villereau depuis le mois de mars 2019. / © Google Street View 2016
Une délégation de la préfecture est en charge de la mairie de Villereau depuis le mois de mars 2019. / © Google Street View 2016

Sans maire, ni conseillers municipaux, la commune de Villereau (Loiret) a été placée sous la tutelle de la préfecture et devrait le rester jusqu'au mois de septembre. Explications.

Par A.A.

Villereau, commune du Loiret d'environ 400 habitants, peine à trouver des élus depuis que le conseil municipal a démissionné au complet. "En février, sept des neuf élus ont démissionné puis le maire et le premier adjoint ont démissionné en mars", explique Jean-Paul Laurent. Il fait partie des trois membres de la délégation spéciale qui a été mise en place par la préfecture le 27 mars pour gérer le fonctionnement de la commune.
 

De nouvelles élections en septembre


"Pour les habitants, rien ne change, on s'occupe de tout sauf des investissements, ce point ne fait pas partie de nos compétences", précise Jean-Paul Laurent. "Et les habitants pourront venir voter pour les élections européennes", ajoute-t-il, car plusieurs personnes l'ont questionné sur cet aspect. 

Des élections devaient être organisées dimanche 12 et 19 mai, mais aucun candidat ne s'est présenté. "Le préfet devrait prendre un nouvel arrêté pour prolonger la mission de la délégation jusqu'en septembre", indique Jean-Paul Laurent.

De nouvelles élections devraient donc se tenir à la rentrée. Il faudra tout de même trouver 11 candidats pour que le conseil municipal soit au complet. 

 

"Une commune-dortoir"

Pour Jean-Paul Laurent, qui a déjà fait partie de six délégations pour des causes diverses, la situation de Villereau est inédite. Il explique ces difficultés non pas par le fait qu'il s'agisse d'une petite commune mais par le manque d'implication des habitants. "Même si cette situation a déjà été rencontrée par certains de mes collègues, c'est une première pour moi. Je pense que les difficultés à trouver des élus sont liées à l'ambiance de la commune. Il y a beaucoup de jeunes mais comme le village se trouve près d'Orléans, c'est une commune-dortoir pour beaucoup", fait remarquer Jean-Paul Laurent. Si jusque-là les candidats ne se sont pas précipités, ce dernier est tout de même optimiste concernant les élections de septembre.


 

Sur le même sujet

Interview intégrale avocat gilet jaune condamné à de la prison ferme

Les + Lus