Le dernier médecin de garde parti, les urgences de l'hôpital de Pithiviers fonctionnent sans urgentistes ce vendredi

Les deux médecins de garde de jeudi n'ont pas eu de relève ce vendredi matin. A 10h01, heure légale ils sont partis malgré la menace de la direction de les réquisitionner. Conséquence, il n'y a aucun urgentiste ce vendredi à l'hôpital, pour la plus grande inquiétude du personnel soignant. 

L'hôpital de Pithiviers dans le Loiret
L'hôpital de Pithiviers dans le Loiret © Google Street view
Les médecins urgentistes ont terminé leur garde de 24 heures ce vendredi matin à 10h01. Faute de relève, ils ont pris la responsabilité de partir malgré tout. Un médecin devrait être de retour samedi 25 janvier pour une nouvelle garde de 24 heures, mais en attendant, le service des urgences de l'hôpital de Pithiviers est ouvert, sans spécialistes.

"C'est la première fois que cela arrive" explique Patrick Poupart, délégué syndical CGT à l'hôpital de Pithiviers. "Nous espérons qu'il n'y aura pas de grosses urgences, car pour l'heure, la direction est en cellule de crise pour trouver une solution. Pour l'instant, il ont demandé à un médecin généraliste d'un autre service et un médecin gériatre d'assurer le fonctionnement du service des urgences !  Mais ce n'est pas dans leurs compétences," s'alarme le syndicaliste. Ce vendredi matin, il y a cinq patients qui sont dans le service "en attente de lit". "Sans compter l'afflux de personnes qui attendent pour se faire soigner", explique Patrick Poupart. 
Le problème de sous-effectif est récurrent dans cet hôpital du Nord-Est du Loiret. En mai 2019, le personnel entamait une grève illimitée pour dénoncer leurs conditions de travail. Le manque de médecins conduit régulièrement à fermer la ligne du SMUR, renvoyée vers Orléans. "C'est 8 à 10 jours de fermeture de la ligne du SMUR par mois !" dénonce Patrick Poupart.

L'année dernière, un médecin des urgences à bout de forces et d'illusions se confiait à nos confrères de France Bleu, "on nous rajoute de plus en plus de tâches, les infirmières par exemple doivent gérer le dépôt de sang désormais, ils ont fermé le laboratoire d'analyses, elles doivent s'en charger... Nous, on gère nos plannings, on appelle les confrères pour trouver des remplaçants, on fait tout ici ! Et ça fait 10 ans que ça dure ! Et quelle prise en charge pour les patients ? Ce sont nos pères, nos mères, qui viennent ici. On les voit et tout de suite on passe au suivant, quand vont-ils comprendre que ça ne peut pas continuer?" . "Je ne peux plus assumer tout ça, je vais partir. On ne peut pas quitter le navire, mais il faut que je sauve ma peau" concluait-t-il dans son témoignage poignant. 

Contactée par France 3, la direction de l'hôpital de Pithiviers nous a renvoyé vers le service communication du CHR d'Orléans puisque l'établissement hospitalier y est attaché depuis 2018. 
"C'est finalement 3 médecins spécialistes qui ont été appelé en renfort, nous a expliqué Isabelle Mangallon, chargée de communication du CHR. "Deux médecins gériatres et un généraliste. C'est tout à fait approprié car leur spécialité correspond à la patientèle des urgences de l'hôpital de Pithiviers" veut rassurer Madame Mangallon. Un médecin urgentiste devra reprendre une garde dès samedi, a confirmé la chargée de communication. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société