Orléans : découvrez le local de réemploi de la déchetterie de Saran dans notre série “Suivez l'Idée”

Alexis Chopin, Technicien du local du réemploi à Saran / © Tandem Image / France Télévisions
Alexis Chopin, Technicien du local du réemploi à Saran / © Tandem Image / France Télévisions

Un local de réemploi a été installé à la déchètterie de Saran. Cet endroit a déjà permis d’éviter le gaspillage de plusieurs tonnes d’objets qui ont trouvé une deuxième vie. Découvrez ce concept dans notre série "Suivez l'Idée" à retrouver tous les mardis à 14h !

Par Marie Roy et C. Mette

À l’origine de l'installation d’un local pour le réemploi à la déchetterie de Saran se trouvent six structures : Respire, qui collecte les livres ; Aabrayaise développement, qui collecte de tout ; Envie, qui récolte l’électroménager ; la Ressource AAA, qui reprend tout sauf l’électroménager et les vélos qui sont eux récupérés par 1-Terre-Actions. Enfin, Emmaüs collecte le mobilier et la vaisselle.

Alexis Chopin, Technicien du local du réemploi nous explique le concept :
Début 2018, le projet du local se met en place :

Nous avions fait une étude sur 15 jours en 2017. Nous avions constaté qu’entre quatre et huit tonnes de ce qui est jeté dans les déchetteries par semaine pouvait être réemployable,

indique Guillaume Mercier, directeur de la Ressource AAA, la ressourcerie d’Orléans.

Le Local Réemploi de la déchetterie de Saran

Fort de ce constat, un local de réemploi est donc installé à Saran. Les objets, une fois collectés, sont dispatchés entre les six structures du projet :

Par mois, nous avons une dizaine de tonnes d’objets réemployables venus de Saran qui vont se répartir entre nous six. La ressourcerie prend entre 50%et 60 % de ces dix tonnes.

Et le dispositif fonctionne, ce qui se traduit par des ventes plus nombreuses dans les deux magasins de la ressourcerie, à Saint-Jean-de-Braye, et rue de Bourgogne, à Orléans : « On vend trois fois plus qu’il y a quatre ans ». À la ressourcerie, les objets arrivent de Saran en camion, puis sont triés, nettoyés et réparés si besoin. Ensuite, un prix leur est attribué. Le prix moyen d’un objet est de 1,86 euros.

D’après Guillaume Mercier, les Orléanais seraient de plus en plus sensibilisés au problème du gaspillage :

Dans la période des Trente glorieuses, les gens achetaient beaucoup moins, mais ils réparaient beaucoup plus. Puis il y a eu la surconsommation. J’espère que le fait que les gens soient plus dans l’anti-gaspillage traduit le fait que nous sommes en train de sortir de la société de consommation et que nous allons vers quelque chose de plus durable, de plus raisonnable.



 

Le saviez-vous ?

Un local de réemploi a récemment ouvert à la déchetterie d’Ingré. Celle de Saint-Jean-de-Braye devrait également se voir pourvu d’un espace pour le réemploi au printemps 2020. Puis, en 2021, ce devrait être au tour de la commune de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin de pourvoir sa déchetterie d’un lieu pour récupérer les objets réemployables.

Sur le même sujet

Les + Lus