Un vaste projet immobilier crée la polémique dans un village près d'Orléans

Cent-vingt : c’est le nombre de logements qui doivent être implantés à Combleux dans le Loiret, village de 500 habitants de la métropole orléanaise, situé en bord de Loire. Les riverains disent avoir découvert tardivement cette vaste opération immobilière. Ils se sont rapidement constitués en association de défense.

C’est une pépite du Loiret. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, Combleux est un paisible village de mariniers en bord de Loire et de canal. Il pourrait pourtant voir sa population doubler avec un projet immobilier d’envergure.

La municipalité a en effet décidé l’implantation d’un projet immobilier sur le site Sainte-Marie, où se trouvait IBM. À l’abandon depuis le début des années 2000, le terrain de dix hectares en bordure de rivière avait été racheté par la commune pour un euro symbolique en 2016. Mais la dépollution et la réhabilitation de cette friche ont coûté quatre millions d’euros à la municipalité. Pour le maire, Francis Triquet, la vente du terrain permettrait d’assainir les finances.

Une association constituée

De leur côté, les habitants se sont constitués en association et ne veulent rien lâcher. Ce projet qu’ils qualifient de « colossal », ils n’en veulent pas. La construction de logement concerne l’ancien site d’IBM, mais aussi un ancien terrain agricole à proximité du cimetière. Les infrastructures routières autour de ce terrain ne sont pour l’heure pas prévues pour permettre à plus d’une centaine d’habitants de s’installer. « Le chemin du cimetière c’est la seule voie d’accès pour ce futur lotissement. Tous les véhicules passeront matin et soir devant chez moi », déplore Denis Blot qui habite à proximité du terrain agricole concerné par le projet.

Un conseil municipal houleux

C’est dans ce contexte que s’est tenu jeudi 29 juin un conseil municipal qui devait étudier quatre projets proposés par des aménageurs. Face à la pression des habitants venus en nombre assister au conseil municipal, les élus ont finalement décidé de différer la décision à une date ultérieure. Qaund ? Le maire avait annoncé publiquement un report à la mi-juillet, la décision sera finalement prise dans une semaine.

Ce conseil municipal a été l’occasion pour Francis Triquet, le maire de la commune d’expliquer le projet et de tenter de rassurer. Alors que Combleux vient d’être labélisé « Territoire engagé pour la nature », l'élu reconnait qu’un projet immobilier de 120 logements peut interroger et a demandé aux quatre aménageurs de revoir leur copie. D’autant que le site est protégé par plusieurs classements dont Natura 2000, zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique ou encore zone naturelle sensible.

Le maire se défend avec des arguments financiers

Mais pour le maire, il y a avant tout urgence. La dette de quatre millions d’euros doit être remboursée d’ici mars 2025. « Cela fait des mois que nous travaillons sur ce projet, l’appel à projet a été lancé à des aménageurs. L’objectif c’est que le projet ne dénature pas le caractère de Combleux qui est très particulier. Il y aura plus d’habitants mais ce projet apportera aussi aux combleusien des services qu’ils n’ont pas actuellement ». Le projet comprendrait des résidences séniors, un crèche, du paramédical, des commerces mais aussi du maraîchage.

Après le départ d’IBM et plusieurs tentatives infructueuses de réindustrialiser le site, la Mairie le rachète en 2016. Le coût estimé de la remise en état était alors d’1,8 millions d’euros. Il a finalement atteint 4 millions d’euros.

Préserver le village et sa biodiversité

Pour le collectif d’habitants, il y a urgence à se mobiliser. Christophe Le Bail, membre de l’Association de défense du site de Combleux est inquiet. L’ancienne friche d’IBM se trouvait à cheval entre Combleux et Saint-Jean-de-Braye. « L’ancienne friche côté Saint-Jean-de-Braye a été réhabilité sur environ 5 hectares avec des logements et une densification importante. Malheureusement, il y a un risque que le conseil municipal vote pour qu’on ait le même résultat qu’à Saint-Jean-de-Braye ». Il poursuit : « Nous souhaitons préserver la nature, respecter la faune. C’est dans l’air du temps. Bétonner des terrains à proximité de la Bionne et de la Loire, on marche sur la tête ! ».

L’argument financier avancé par la commune, Christophe n’y croit pas. « On sait qu’on peut obtenir des subventions auprès des collectivités territoriales, comme la Métropole, le Département ou la Région. On a eu des contacts au niveau de l’association, ils sont prêts à nous aider. Encore faut-il qu’il y ait une demande ! ». L’association qui a déjà échangé avec François Bonneau, le président (PS) de la Région, assure vouloir travailler en bonne intelligence avec la mairie et proposer des solutions pour préserver le site. « Quand on est Combleusien ou Combleusienne, on a fait un choix, celui d’être dans un milieu naturel, protégé. Ce projet est vraiment hors sol. Ici nous n’avons pas de commerce, nous avons privilégié la nature, la Loire, le canal… On a choisi les hérons gris cendrés et les castors », martèle Marie-Jo, présente à la manifestation organisée devant le conseil municipal.

Une pétition en ligne

Une pétition « Sauvons le site de Combleux du béton » circule en ligne et recueille près de 600 signatures. Lucas, qui est aussi venu manifester devant la mairie, a signé cette pétition. « On a acheté à Combleux il y a un an pour le calme, le fait que ce soit un petit village. On a donc signé contre ce projet ». Hervé Douceron, président de l’association avance quant à lui que la consultation publique n’a pas été faite dans les règles.

Les habitants ont en effet découvert le projet lors d’une réunion publique fin mai. « Ce qu’on attend d’un Maire ce n’est pas d’être un gestionnaire d’établissement, mais qu’il soit un véritable meneur de projet. Il est très important que nous fassions tout pour préserver et améliorer cet ancien site IBM. La destruction des bâtiments à permis à la flore et la faune de reprendre ses droits. Le combat ne fait donc que commencer », appui le président de l’association. Elle prévoit une nouvelle réunion le 6 juillet prochain à 18h30 pour poursuivre le combat contre ce projet immobilier.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité