Vols de matériel : 6000 alertes en 2023, le ras le bol des agriculteurs

Les agriculteurs du Loiret alertent sur la recrudescence de vols dont ils sont victimes au sein de leur exploitation. Une rencontre avec les forces de l’ordre est organisée le 19 janvier.

GPS, carburants, câbles de station d’irrigation… Face à une recrudescence des vols, les agriculteurs tirent la sonnette d’alarme. Si les actes de délinquance se stabilisent dans les exploitations de la région, c’est dans le Loiret qu’ils sont les plus importants. Le Loiret serait dans le top 3 des départements en nombre de vols d'après la FNSEA 45, la fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles. Difficile d’obtenir des chiffres plus précis de la part de la gendarmerie.

Le mode opératoire rend la tâche difficile pour les forces de l’ordre, c’est de la délinquance mobile et cyclique : "ça peut durer un mois et puis plus rien", constate Sylvain Deseau, conseiller à la chambre d’agriculture du Loiret. Et certaines zones sont plus touchées que d'autres comme le secteur de la communauté de communes de la beauce loirétaine.

6000 sms envoyés en 2023


Pour venir en aide aux agriculteurs, la gendarmerie rencontre les professionnels lors de réunions annuelles. Elle a aussi développé depuis octobre 2020 un moyen de prévention : l'appli Vigi Agri. Elle permet de recevoir par SMS des alertes localisées de la part des brigades de gendarmerie. En 2023, il y a eu 6000 alertes envoyées aux agriculteurs pour les prévenir d’actes de malveillance ou de vols. « Cela permet de renforcer notre vigilance et aussi d’aider les gendarmes dans leur enquête », explique Jean-François Bléchet, vice-président de la chambre d’agriculture du Loiret.

C’est dans ce contexte que la FNSEA 45 organise une rencontre le 19 janvier sur le sujet à Tournoisis. Une exploitation qui n'a pas été choisie au hasard : elle a connu 9 vols en un an malgré la mise en place de vidéosurveillance, de matériel de détection et l’achat d’un coffre-fort pour stocker le matériel coûteux. Une rencontre se fera en présence de représentants d’agriculteurs, de la gendarmerie et d’élus du territoire.