Bilan climatique de 2023 : Châteauroux possède le climat d'Agen et Orléans celui de Poitiers

Qualifiée d'année "extraordinaire", 2023 a marqué un tournant dans l'histoire climatique mondiale. Y compris à l'échelle locale.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

2023 a été la deuxième année la plus chaude en France depuis 1900, et "la plus chaude jamais enregistrée" à la surface de la planète, selon le programme européen Copernicus.

Plus précisément, les données annuelles de Copernicus remontent à 1850, mais selon les scientifiques les températures relevées en 2023 "dépassent probablement celles de toutes les périodes depuis au moins 100 000 ans", a indiqué à France Inter la directrice adjointe de Copernicus. Les scientifiques possèdent en effet une bonne connaissance des températures de la Terre dans le passé, grâce aux cernes des arbres ou aux carottes de glaces.

"On a eu un second mois d'août"

Mais, très localement, ce changement a pu nous échapper. Si on frissonne ce 9 janvier 2023 en Centre-Val de Loire, les températures ne font que renouer, enfin, avec une météo hivernale normale, explique Olivier Renard, président de l'association Météo-Centre. "On a tous une très mauvaise mémoire climatique", poursuit-il, mais pour retrouver les températures "très légèrement en-dessous des normales" de ce début janvier, il faut remonter à ... 2018 !

"Si on regarde l'année complète, on est quasi tout le temps à plus d'un degré" au-dessus des températures moyennes d'il y a vingt ans. Les records de l'année 2003, où la canicule a causé la mort de 15 000 personnes, ont été dépassés encore et encore en 2023.

À Châteauroux, la température annuelle moyenne était de 17,7°C en 2003, contre 18,6°C vingt ans plus tard. Idem à Tours, où l'on passe de 17,3°C à 18,3. Et 2023 est aussi l'année d'un été interminable, avec des pics de chaleur jusqu'en octobre. "On a eu un second mois d'août", résume Olivier Renard.

Les pruneaux de Châteauroux

Pour rendre ce changement tangible, Météo France avait comparé en 2022 le climat des années 70 (normales 1961-1990) à celui des années 2010 (normales 1991-2020) et montré comment le climat de différentes villes de France avait "glissé" vers le sud.

Ainsi, Châteauroux vit désormais des températures qui étaient celles d'Agen et Orléans possède le climat de Poitiers (qui pour sa part a aussi chaud que Cognac). "On observe un net décalage du climat en 30 ans", indique l'institut météorologique. "Le nord du pays retrouve un climat proche de celui de l’ouest dans la France d’il y a trente ans."

Conséquence naturelle de ce réchauffement en pleine accélération, la neige se fait de plus en plus rare. Si l'Eure-et-Loir s'est réveillé sous la neige, et si quelques flocons sont tombés à Orléans ce 9 janvier en début d'après-midi, les périodes de neige reculent, tous comme les jours de gel.

En ce qui concerne la neige, dans la région, "on pourrait passer de 2 ou 3 jours de neige par ans à 1 voire 0,1", estime Olivier Renard. Quant aux jours de gel, on va passer en France d'environ 45 jours de gel par an à très probablement 30 jours en 2050.