Météo. Plume de chaleur, orage grêligène, supercellule... ces phénomènes impressionnants qui frappent le Centre-Val de Loire

Publié le

Trois épisodes météo violents ont frappé le Centre-Val de Loire en mai et juin 2022. Ce lundi 20 juin, cinq départements de la région étaient encore placés en vigilance orange. On vous explique pourquoi les éléments se déchainent.

Il y a un mois, le Cher et l’Indre essuyaient des orages de grêle sans précédents. Toitures endommagées, voitures grêlées et pare-brise explosés : de mémoire de berrichons, les dégâts matériels enregistrés n’ont jamais été aussi nombreux.

Début juin, c’est en Indre-et-Loire que la grêle a sévi de nouveau, ravageant vignes et cultures. Enfin, dans la nuit du 19 au 20 juin, le Berry mais aussi le Loiret et le Loir-et-Cher ont fait face à une nouvelle salve de grêlons, et la menace planait toujours ce lundi sur cinq départements de la région puisque Météo France avait placé l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Cher, le Loiret et le Loir-et-Cher en vigilance orange aux orages.

"Plume de chaleur", "vague de chaleur", "canicule" et "dôme de chaleur"

Pour partie, ces phénomènes météo sont dus aux fortes chaleurs. Mais de quoi parle t-on ? Si l’on a coutume d’employer le mot "canicule" dès que les températures dépassent la barre des 30 degrés durant plusieurs jours, les météorologues, eux, n’utilisent ce terme que dans des cas très précis. Olivier Renard de Météo Centre, en donne une définition simple : "Il s'agit d'une période de trois jours successifs où l'on reste au-dessus de valeurs seuils". En région Centre, cela correspond à des valeurs supérieures à 34-35°C en journée et 18-19°C la nuit. 

L'épisode de chaleur qui a touché le Centre Val-de-Loire entre le 17 et le 19 juin s'apparente davantage à une "plume de chaleur". Et si le terme anglo-saxon parait poétique, dans les faits, le phénomène est extrêmement étouffant : il correspond "à une langue de chaleur assez restreinte mais dynamique, sortant de la ceinture tropicale et remontant sur une zone géographique". 

La plume de chaleur est à ne pas confondre avec une "vague de chaleur" ou encore un "dôme de chaleur qui, eux aussi, ont des caractéristiques bien précises. La définition d'une vague de chaleur est la même que celle d'un phénomène de canicule, c'est-à-dire que l'on est dans une période anormalement chaude, sauf que les températures au-dessus des normales de saison ne sont pas recensées plus de trois jours de suite. 

Des orages "grêligènes" formés par des "supercellules"

Dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 juin, certains grêlons faisaient la taille d'une balle de golf, comme en témoignent de nombreuses photos prises à travers la région. Une grêle assez épaisse pour qualifier l'épisode d'orage "grêligène".

Lorsque l'on interroge le météorologue sur les phénomènes recensés en Centre-Val de Loire depuis le début de la semaine dernière, il préfère parler d'orages supercellulaires, c'est-à-dire "un orage en rotation sur lui-même en raison de vents ayant des directions différentes en montant en altitude". Ces orages peuvent être particulièrement destructeurs en raison de la grêle, des fortes précipitations et/ou des rafales qui en découlent.

Selon Olivier Renard, il est "remarquable" de voir "des supercellules aussi bien organisées et avec une durée de vie aussi longue. Le diamètre des grêlons est assez exceptionnel notamment lors du premier épisode à Châteauroux". Pour les prochains jours, Météo France a repassé la région en vert pour les orages. Mais de nouvelles intempéries ne sont clairement pas à exclure.