PHOTOS. Mission patrimoine : découvrez les 6 sites sélectionnés en région Centre-Val de Loire

Diffusé du au Publié le Mis à jour le
Écrit par Adeline Divoux .

Pour cette édition 2022, la Mission patrimoine portée par Stéphane Bern a retenu 100 projets, dont 6 dans la région Centre-Val de Loire.

Dans la région Centre-Val de Loire, six sites ont été retenus pour être restaurés dans le cadre de la Mission Patrimoine, qui vise à la sauvegarde du patrimoine français.

L’aître Saint-Saturnin à Blois (Loir-et-Cher)

Cet ancien cimetière à galeries du XVIe siècle, l’un des quatre derniers existant en France, nécessite une restauration à hauteur de 1,2 million d’euros. Il faut notamment restaurer les façades, la charpente, les piliers en pierre et en bois, ainsi que les peintures murales. L’état de l’édifice s’est dégradé au fur et à mesure de ses occupations et des intempéries.

L’aître Saint-Saturnin a été bâti à la Renaissance entre 1516 et 1520, à la même époque que l’aile François 1er du château royal de Blois. Il présente un double intérêt patrimonial : d’abord par sa rareté avec des éléments remarquables tels la charpente ou les piliers de pierre à chapiteaux sculptés, mais aussi grâce à sa collection lapidaire évoquant le passé historique et architectural de Blois. La ville souhaite se servir de ce lieu pour redynamiser le quartier.

Elle envisage notamment la création d’un musée lapidaire, l’organisation d’événements scéniques et culturels (concerts, théâtre, escape game, etc.) et la location d’espaces pour le tourisme d’affaires. 

Le château des Deux Tours à La Neuville-sur-Essonne (Loiret)

Cet ensemble de ruines médiévales a été investi par le Théâtre des Minuits, une troupe de la ville, qui s’est engagé dans un projet de sauvegarde d’urgence. L’état du site est préoccupant : l’ouvrage et les maçonneries sont déstabilisés, les arases instables avec un risque de chute de pierres et d’effondrement. Pour réhabiliter les lieux, 1,3 million d’euros et 3 ans de travaux sont nécessaires.



Le Théâtre des Minuits veut faire de ce site un lieu privilégié de culture et d’accueil dans le nord Loiret. Le château des Deux tours et son parc accueillent déjà près de 10.000 visiteurs annuels. 

La maison "Auclert-Descottes" à Argenton-sur-Creuse (Indre)

Argenton-sur-Creuse est surnommée la « petite Venise du Berry ». C’est un site classé depuis 1942, en raison notamment de ses maisons à galeries de bois suspendues au-dessus de la rivière et d’anciens moulins. L’une de ces maisons, construite en 1750, est en péril et risque de s’effondrer, entraînant avec elle la maison à galerie qui la jouxte. Il est donc nécessaire de mettre en place des travaux d’urgence de mise en sécurité pour un coût de 195.000 euros.



La réhabilitation de cette maison permettrait de répondre à une demande d’hébergement touristique qui fait défaut dans la commune. L’idée est également qu’elle devienne une résidence d’artistes aussi souvent que possible. 

L’église Saint-André à Villaines-les-Rochers (Indre-et-Loire)

Les toitures de partie romane de cette église sont très dégradées. Les travaux de restauration vont permettre d’assurer la sauvegarde des fresques du Xe siècle et les 1.200 m² de décors du XIXe siècle pour un montant de 311.000 euros.

Il s’agit d’un projet de revalorisation de cette église paroissiale dans laquelle sont organisés divers événements tout au long de l’année via l’association des Amis de l’église Saint-André (visites thématiques, expositions d’art contemporain, concerts).

Les dépendances du Manoir de Pré à Chapelle-Guillaume (Eure-et-Loir)

Il y a des risques d'effondrement, la structure est déséquilibrée et déforme ainsi la toiture. Les travaux, à hauteur de 632.000 euros, vont permettre de mettre en sécurité la dépendance du manoir.

Ce lieu, tour à tour seigneurie, ferme paysanne et maison familial, le Manoir et ses murs sont voués à devenir un lieu d'exposition, de pédagogie et de villégiature d'artisans. Le lieu serait aussi un espace de recherche pour les artisans. 

La maison Dubois à Sancerre (Cher)

Cette maison à tourelle d'escalier située en plein centre de Sancerre a été mairie, puis lieu de justice, avant d'être vendue comme bien national en 1792. Les périodes de forte sécheresse ces dernières années ont aggravé la désolidarisation de la charpente.

Le bâtiment est également sous le coup d'un arrêté de péril par la Ville depuis 2021, conséquence d'un risque alarmant d'effondrement. Des travaux ont déjà permis de sécuriser les lieux à court terme et d'éviter les risques de chute sur l'espace public. Il faut maintenant réaliser un cerclage de la maison et reconstruire la charpente du XVe siècle. Le coût est estimé à 290.000 euros. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité