"La Nouvelle République" porte plainte après des menaces pour avoir publié une caricature de Charlie Hebdo

La Nouvelle République a décidé de porter plainte après avoir reçu des menaces. Le quotidien régional a publié dimanche 18 octobre, une caricature de Charlie Hebdo représentant Mahomet, après l'assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).
Une de la Nouvelle République représentant une caricature de Mahomet réalisée par Charlie Hebdo
Une de la Nouvelle République représentant une caricature de Mahomet réalisée par Charlie Hebdo © La Nouvelle République
"Innommable", en majuscules et lettres noires, accompagné par une caricature de Mahomet, publiée à l'origine dans Charlie Hebdo. C'était la une des éditions du dimanche 18 octobre de la Nouvelle République.  "On a eu sur les réseaux sociaux énormément de messages de soutien, d'encouragement : Restons debout, bravo", raconte Christophe Hérigault, le directeur de la rédaction du quotidien. "Et puis cinq, six messages effectivement de menaces. C'est "vous allez avoir un retour de flamme". C'est "Allah reconnaitra les siens". "Vous êtes des mécréants", etc.". C’est pour cela que le journal a porté plainte.

Hommage à Samuel Paty

"Ce n'était pas de la provocation. C'était une façon de dire stop, ça suffit la barbarie. C'était une façon de défendre la liberté d'expression", explique Christophe Hérigault. "C'était aussi une façon de rendre hommage à Samuel Paty. [...] On est encore en pleine sidération. On est en 2020, une décapitation pour une caricature ? Non". Samuel Paty, a été assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, vendredi 17 octobre. Il avait montré à ses élèves, à l'occasion d'un cours, les caricatures de Mahomet faites par les dessinateurs de Charlie Hebdo.

Un hommage national sera rendu à l'enseignant, ce mercredi (21 octobre). La cérémonie se déroulera à Paris, dans la cour de la Sorbonne, à partir de 19h30.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
presse économie médias faits divers