• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Nucléaire : l'extension du périmètre de sécurité autour des centrales concerne-t-elle votre commune ?

Les pilules d'iode "stable" sont distribuées en cas de rejet accidentel d’iode radioactif. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Les pilules d'iode "stable" sont distribuées en cas de rejet accidentel d’iode radioactif. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Au niveau national, l'ensemble des périmètres de sécurité sera élargi de 10 à 20 km autour des 19 centrales nucléaires françaises. Des dizaines de commune du Loiret, du Loir-et-Cher et du Cher sont concernées. 

Par Yacha Hajzler

Pilule rouge ou pilule bleue ? Pilule d'iode. L'extension du Plan particulier d'intervention (PPI) autour des centrales nucléaires va entrer en vigueur partout en France. Le PPI, c'est ce dispositif prévu localement pour protéger les populations des risques industriels, et notamment nucléaires. Exercices de sécurité, déclenchement d'alerte, mesures d'urgence... Il était jusqu'à présent appliqué dans un rayon de 10km autour des centrales nucléaires.
 

"Le nuage de Tchernobyl a traversé toute l'Europe"


En 2016, lors des commémorations de la catastrophe de Tchernobyl, le gouvernement Hollande annonce par la voie de Ségolène Royal une extension du PPI, de 10 à 20km autour des centrales. Cette mesure est jugée insuffisante par des associations comme Sortir du nucléaire, qui déclare alors : "Ségolène Royal ne semble pas se souvenir que le nuage de Tchernobyl a traversé toute l’Europe." Le président de l'Autorité de Sûreté du Nucléaire lui-même se déclarait favorable, de son côté, à un périmètre de 100 km
 

Déjà techniquement compliquée, l'extension à 20km a été conservée telle qu'elle et, en 2018, le gouvernement actuel impose aux préfets une date : juin 2019. C'est donc dans des délais respectés que commence une vaste campagne d'information des nouvelles communes concernées par l'extension des PPI. 
 

Les pilules d'iode distribuées en septembre


C'est le cas dans les départements du Loiret, du Cher et du Loir-et-Cher qui abritent respectivement les centrales de Dampierre-en-Burly, Belleville-sur-Loire et Saint-Laurent-des-Eaux. Du fait de la proximité des territoires, certaines communes du Loiret sont impactées par le PPI du Cher et du Loir-et-Cher, et inversement. Dès le début du mois, les départements ont entrepris d'informer par courrier les habitants des nouvelles communes concernées.

A partir de septembre, un nouveau courrier contenant un bon de retrait pour des pilules d'iode sera envoyé, permettant aux personnes concernées d'aller retirer leurs comprimés en pharmacie. Un numéro vert ((0 800 96 00 20) et un site internet dédié à cette question ont été mis en place. Ces comprimés d'iode "stable" permettent de protéger la thyroïde en cas de rejet accidentel d’iode radioactif dans l’atmosphère.
 

La liste des communes concernées


Note au lecteur : seuls les départements du Loiret et du Loir-et-Cher ont fourni la liste des communes concernées. Cet article sera mis à jour ultérieurement avec la totalité des communes du cher. 
 
 
 

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus