Opération immersion dans nos territoires : nos journalistes racontent leur expérience

Nos journalistes se sont rendus à Mareuil-sur-Arnon, Pellevoisin, Ourouer-les-Bourdelins, ou encore Saint-Romain. / © T. Hermans, J. Roché, Y. Hajzler, B. Mallen / France Télévisions
Nos journalistes se sont rendus à Mareuil-sur-Arnon, Pellevoisin, Ourouer-les-Bourdelins, ou encore Saint-Romain. / © T. Hermans, J. Roché, Y. Hajzler, B. Mallen / France Télévisions

Ces derniers mois, quatre de nos journalistes se sont rendus dans de petits territoires de la région Centre-Val de Loire pour en peindre le portrait, cerner les difficultés et mettre en avant les initiatives locales. Ils racontent leur immersion.

Par Barbara Gabel avec Cécile Mette

Pellevoisin, Mareuil-sur-Arnon, Ourouer-les-Bourdelins... Plusieurs mois avant les élections municipales, la rédaction de France 3 a décidé de se rendre au plus près de plusieurs petits villages du Centre-Val de Loire pour vivre en immersion avec les habitants le temps de quelque jours. Notre objectif, se rendre compte des besoins, des envies et des initiatives locales. De ces territoires parfois isolés, nos 4 journalistes reporters en reviennent la tête pleins de souvenirs, ils nous racontent. 

En février, notre journaliste Juliette Roché s'est rendue pendant 4 jours dans la commune de Pellevoisin, dans l’Indre. Un village qu’elle connaît bien puisqu’elle y a passé toutes ses vacances d’été dans sa jeunesse, chez ses grands-parents. L’objectif ? “Montrer qu’il y a encore de la vie dans les petits territoires, et que ce n’est pas l’exode rural partout”, explique notre journaliste. Dans cette commune de 800 âmes, tout y est : un bar-tabac-presse, une boucherie, une boulangerie, une pharmacie, une épicerie, un coiffeur… “La mairie a beaucoup aidé les commerces, soit en rachetant les locaux, soit en sauvant les commerçants de la faillite.”
 

Si Juliette ne devait retenir qu’une seule rencontre de son immersion, ce serait celle avec “un jeune agriculteur qui a repris la ferme familiale et qui se lance dans le bio”. Elle n’imaginait pas qu’un jeune de moins de 30 ans s’installerait dans ce petit village. “Avec sa compagne, ils ont plein d’idées : ils mettent à disposition leur grange pour accueillir des spectacles et promouvoir la culture en campagne, ils veulent fabriquer leur propre pain et le vendre” 
 

 

“Je suis ici parce qu’on ne parle pas assez de vous”

Mareuil-sur-Arnon, dans le Cher. C'est la commune dans laquelle Thomas Hermans a passé 4 jours le mois dernier. Il naviguait sur les pages Wikipédia des communes du Cher quand il est tombé sur une information qui a tout particulièrement retenu son attention : avec 530 habitants, “Mareuil-sur-Arnon a une offre de services diversifiée pour une commune de cette taille : (épicerie, restaurant, bar), médecin, infirmière libérale, pharmacie, coiffure, taxi, artisans divers.
 

“J’avais très envie de savoir pourquoi ce village réussissait à survivre alors que tous les villages de France sont en train de mourir”, explique-t-il. Sur place, il se rend vite compte que les commerces sont en train de mourir  “mais avec dix ans de décalage”. Les nouvelles familles préfèrent s’installer à Issoudun ou laissent peu à peu tomber le commerce local. Dans ses articles, notre journaliste nous raconte ses rencontres avec les habitants du village : “Je leur disais “Je suis ici parce qu’on ne parle pas assez de vous” et je voyais qu’ils étaient contents que je sois venu.”
 


"Des gens qui se tirent vers le haut"

Si Thomas a fait face à un village qui se meurt, notre journaliste web Yacha Hajzler, a eu la surprise inverse en arrivant à Ourouer-les-Bourdelins, dans le Cher. “Je m’attendais à quelques activités éparses, mais finalement il y avait beaucoup de vie”, raconte celle qui a passé 4 jours dans ce petit village de 615 habitants.
 

Salon de coiffure, service de taxi, bureau de poste… Yacha découvre un village dynamique “avec des gens qui se tirent vers le haut”. Logée dans une petite maison d’hôte, notre journaliste rencontre un producteur de whisky et de bière bio, ainsi qu’une productrice de confitures artisanales et de safran. “Je ne m’attendais pas à retrouver des activités aussi atypiques dans ce petit village.” Le tout, guidée par le maire qui vient de rendre son écharpe, Robert Belleret. “Une personnalité enjouée et adorable, qui parle de sa commune avec beaucoup d’amour.”
 
 

"La mairie de Saint-Romain cherche médecin généraliste"

Notre journaliste Bertrand Mallen a grandi à Saint-Romain-sur-Cher, commune de 1 500 habitants dans le Loir-et-Cher et s’est donné le défi d’explorer les petits territoires dans un rayon de 20 kilomètres. La thématique qui a retenu son attention : la désertification médicale. En désespoir, la municipalité de Saint-Romain a même mis de grandes banderoles le long de l’autoroute avec un message limpide : "La mairie de Saint-Romain cherche médecin généraliste." Il y a aussi eu des sujets plus légers, comme cette rencontre avec une fauconnière qui travaille avec les oiseaux depuis près de vingt ans.
 

De son autre immersion à Varennes-sur-Fouzon dans l’Indre en décembre, Bertrand en retient sa rencontre inspirante avec un souffleur de verre“C’est quelqu’un qui vient de la ville et qui a tout lâché pour vivre de sa passion avec son épouse dans un petit village. Je suis resté deux heures à parler avec eux.” Par son activité de journaliste web, Bertrand est souvent devant son ordinateur au bureau, à réaliser des interviews par téléphone. “J’ai vraiment apprécié être sur la route et parler à des gens en face de moi pour changer !”, s’amuse-t-il.
 

Retrouvez tous leurs articles sur cette carte

Sur le même sujet

Les + Lus