Présentation du "plan Marshall" : l’horizon se dégage pour l’hôtellerie restauration en Centre-Val de Loire

Édouard Philippe a présenté un "plan Marshall" de soutien au secteur du tourisme de près de 18 milliards d’euros. Des mesures mitigées pour les professionnels de l’hôtellerie restauration.

Les restaurants pourront rouvrir probablement le 2 juin prochain dans les départements classés verts.
Les restaurants pourront rouvrir probablement le 2 juin prochain dans les départements classés verts. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Sous cloche depuis deux mois, le secteur touristique a pu obtenir quelques réponses ce jeudi 14 mai.

Un plan d’aide historique a été présenté pour le tourisme, ce secteur qui représente 2 millions d’emplois et génère plus de 7% du PIB en France.

Parmi les bonnes nouvelles, une réouverture des restaurants probable le 2 juin (la décision finale sera prise le 25 mai) pour les départements verts et la possibilité donnée aux Français de partir en vacances en France. En Centre-Val de Loire, tous les départements sont en verts. 
Une bonne nouvelle pour Stéphane Lisowski, gérant de la Taverne du Connétable à Sancerre (Cher) :

Nous sommes contents de rouvrir, on va se remettre en place petit à petit. Nous attendons les directives précises. Nous nous attendions à rouvrir le 15 juin, c’est une bonne nouvelle.

Moins bonne nouvelle en revanche pour Jean-Claude Arnaud, gérant du Logis Hôtel L’Escapade à Le Pêchereau (Indre) : "Cette date est incompréhensible. Pourquoi rouvrir le 2 juin et pas le 28 ou 29 mai ? Cela nous permettrait de faire le week-end de la Pentecôte … Cela ne changerait pas grand chose par rapport à la pandémie."

4m2 par personne au restaurant

À la Taverne du Connétable à Sancerre (Cher), les deux co-gérants ont profité du confinement pour faire des travaux du restaurant et de la terrasse. 

Un réaménagement nécessaire pour la réouverture car la distanciation sociale imposée dans les restaurants reste l’un des grands points de désaccord. L’éxécutif propose 4m2, au grand dam des exploitants.

"Nous allons éliminer des tables. D’habitude à l’intérieur nous pouvons en mettre 80, là il y en aura une trentaine. En terrasse, nous avons une capacité de 80 tables aussi, il y en aura 40 maximum." explique Stéphane Lisowski.

Une distance plutôt facile à mettre en place car son établissement possède un grand espace, moins évident pour d'autres.  

Pour Véronique Gaulon, présidente de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie en Berry (UMIH), la date de réouverture probable est une « lueur d’espoir » mais l’annonce des 4m2, est une "douche froide." :

"J’ai été complètement atterrée. C’est la catastrophe et c’est quasiment impossible à mettre à place en terme d’espace .. D’autres négociations devraient avoir lieu jusqu’au 25 mai mais il faut absolument revenir là dessus."

« Les français pourront partir en vacances en France »

Autre point du discours d'Edouard Philippe : "Les Français pourront partir en vacances en France cet été", en dépit du Covid-19.

Ils "peuvent prendre leurs réservations", a-t-il affirmé, en soulignant que "les acteurs du tourisme, de l’hôtellerie se sont engagés à faire en sorte qu’ils soient intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances".

Véronique Gaulon de l'UMIH se dit "satisfaite" mais de nombreuses zones d’ombres demeurent : 

Pour les hôtels c’est une bonne nouvelle mais est-ce que les gens vont pouvoir partir au delà de 100km ? Il n’y a encore que très peu de précisions là dessus … Les personnes en zone rouge vont elles pouvoir en sortir ?

Cette phase de déconfinement court jusqu’au 2 juin, d’ici là les couleurs de département peuvent elles aussi évoluer.

La présidente de l’UMIH Berry a un espoir : "Après la crise de 2008, il y a eu une hausse du tourisme dit "vert" ".

Elle espère que ce soit la même chose cette année, que les gens viennent se ressourcer en Centre-Val de Loire. 

Reste à savoir si les Français vont oser revenir dans les hôtels et restaurants ou s’ils préféreront rester prudents. « On vit au jour le jour » ajoute Jean Claude Arnaud de l’hôtel l’Esacapade. Réponse cet été.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie crise économique coronavirus santé société déconfinement région centre val-de-loire politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter