Protocole sanitaire : la mairie d'Orléans demande un spectacle-test pour son théâtre

Le maire d'Orléans et son adjoint à la culture ont demandé à pouvoir accueillir un spectacle-test, sur le modèle du concert d'Indochine qui se tiendra en avril à Paris. Le but : établir un protocole sanitaire pour les salles de spectacle.

Rassemblement devant le théâtre d'Orléans, le 20 mars 2021.
Rassemblement devant le théâtre d'Orléans, le 20 mars 2021. © France Televisions

Intermittents, personnalités du spectacle, abonnés et spectateurs... Ils étaient environ 500 aujourd'hui devant le théâtre d'Orléans, pour manifester pour la réouverture de l'établissement, mais pas seulement. Les professionnels de la culture s'inquiètent de l'avenir du secteur : y aura-t-il du travail pour tout le monde à la réouverture des salles de spectacle ?

Les intermittents occupent le théâtre depuis le 12 mars. S'ils sont environ 40 la journée, une quinzaine d'entre eux dorment sur place en permanence. Les artistes et la mairie d'Orléans semblent au diapason puisque le maire Serge Grouard et son adjoint à la culture, William Chancerelle, ont cette semaine sollicité la ministre de la culture pour organiser dans ce même théâtre un "spectacle-test".

A la recherche du bon protocole sanitaire

Mi-février, Roselyne Bachelot avait donné son feu vert pour deux concerts-test, dont celui d'Indochine à Paris, en avril. 5000 personnes tirées au sort pourront assister au show, dont la tenue a pour but d'établir un protocole sanitaire viable pour les salles de spectacle.

A Orléans, la mairie propose un test PCR à l'entrée, une distribution de gel hydroalcoolique et le masque obligatoire dans une salle remplie à la moitié de sa jauge maximale. Les participants devront à nouveau se soumettre à un test PCR la semaine suivante, afin de prouver que spectacle ne veut pas dire cluster.

Le cinéma des Carmes avait déjà reçu ce 14 mars l'autorisation d'organiser une projection-test, avec une petite quinzaine de spectateurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture économie emploi covid-19 société