Retraites complémentaires : ce qui change pour les anciens salariés du secteur privé le 1er novembre

C’est une lueur d’espoir pour plus de 13 millions de travailleurs du secteur privé. Suite à un accord national signé entre l’Agirc-Arrco et les partenaires sociaux, à partir du 1er novembre 2023, les retraites complémentaires seront revalorisées de 4,9%.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est une hausse qui tombe à pic pour les retraités les plus fragiles. Un accord national signé entre la caisse de retraite complémentaire Agirc-Arrco et les partenaires sociaux a entériné une revalorisation de 4,9% à partir du 1er novembre. Cette augmentation correspond à l'inflation estimée par l'Insee pour l'année 2023, elle représente un engagement financier de près de 5 milliards d'euros par an pour l'Agirc-Arcco.

La réforme des retraites prise en compte

Ces négociations entre l’Argic-Arrco (caisse de retraite complémentaire) et les partenaires sociaux ont lieu une fois, tous les 4 ans. Pour la première fois, ces discussions ont pris en compte, les effets de la réforme des retraites adoptée il y a quelques mois.

Le régime de retraite complémentaire de l'Agirc-Arrco fonctionne sur la base d'un système de points. Chaque cotisation que vous versez est convertie en points de retraite. Lorsqu’un salarié fait valoir son droit à la pension, le total de ses points est multiplié par la valeur du point en vigueur.

Avec cet accord, à partir du du 1er novembre 2023, la valeur du point passera à 1,4159 euro. Cette augmentation signifie que, par exemple, si vous percevez actuellement une pension de 800 euros, vous pourrez vous attendre à une hausse de 39,20 euros par mois grâce à cette réforme.

La fin du malus

Autre bonne nouvelle. L'Agirc-Arrco annonce la suppression du malus. En vigueur depuis 2019, le malus devait inciter les salariés à retarder leur départ en retraite, même en cas de taux plein. Une dimunition de 10% sur les pensions de tous ceux qui ne travaillent pas un an de plus.

Avec ce nouvel accord, cette mesure prendra fin. Des mesures qui vont dans le sens des retraités, grâce à l'excellente santé financière des comptes de l'Agirc-Arrco. En 2022 l'institution a enregistré un excédent de 5,1 milliards d'euros. Cette même année, 86,5 milliards d'euros ont été versé à 13 millions de retraités.