Cet article date de plus de 4 ans

Safran va racheter Zodiac pour former un leader mondial de l'aéronautique

Les salariés du site d'Issoudun de Zodiac où travaillent mille personnes ont appris la nouvelle dans les journaux, jeudi matin.
Dans l'usine Zodiac d'Issoudun (36) (Illustration).
Dans l'usine Zodiac d'Issoudun (36) (Illustration). © FTV

Le groupe Safran a lancé une offre publique d'achat amicale (OPA) visant le spécialiste des sièges d'avions Zodiac Aerospace, suivie d'une fusion pour former un géant de plus de 20 milliards de chiffre d'affaires, numéro deux mondial des équipements aéronautiques.

Le nouvel ensemble, qui regroupera 92.000 salariés dont 45.000 en France, serait le numéro trois mondial dans l'aéronautique hors constructeurs d'avions, avec des ventes réparties entre la propulsion et les équipements aéronautiques, ont indiqué jeudi les deux groupes dans un communiqué.

Safran, dont le premier actionnaire est l'Etat (14% du capital et 21,9% des droits de vote), s'est hissé au rang de numéro un mondial des moteurs d'avions moyen-courriers, via la coentreprise CFM International créée avec son partenaire américain General Electric (GE).

Zodiac souffre depuis fin 2014 des difficultés de son activité d'aménagement de cabines. En fin d'année dernière, il s'était donné trois ans pour retrouver sa rentabilité "historique". Le groupe, connu aussi pour avoir inventé les bateaux pneumatiques à moteur du même nom dans les années 30 avant de se tourner vers l'aéronautique, a abandonné il y a une dizaine d'années ses activités marines.

Hollande salue le rapprochement

Dans un communiqué, le président François Hollande a salué un rapprochement qui crée "un leader français de niveau mondial dans l'industrie aéronautique", ajoutant que l'Etat "restera le premier actionnaire du groupe fusionné".

Les éventuelles répercussions de ce rapprochement en terme d'emploi n'ont pas été précisées.

Ensemble, les deux groupes visent à dégager 200 millions d'euros de synergies de coûts annuels.

Cependant, Olivier Zarrouati, actuel président de Zodiac, et futur directeur général du nouveau, a précisé lors d'une conférence de presse que de telles économies ne se traduisent "pas nécessairement par des aspects sociaux", en insistant sur la complémentarité des deux groupes dont les activités se recoupent très peu.

Sur le site d'Issoudun (Indre) de Zodiac où travaillent 1.000 personnes, on a appris la nouvelle avec surprise, par la presse, ce matin. 
durée de la vidéo: 01 min 31
La société Zodiac approchée par le groupe Safran ©France 3 Centre-Val de Loire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie agissons pour l'emploi emploi