Le Stream Reconductible : quand les youtubeurs alimentent les caisses de grève contre la réforme des retraites

Hébergée sur la plateforme Twitch, la chaîne du Stream Reconductible tourne en continu pour appeler aux dons, et soutenir ceux qui se sont engagés contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement. 

A Nantes, le 9 janvier, deux manifestants tiennent une pancarte "Non au travail à perpétuité".
A Nantes, le 9 janvier, deux manifestants tiennent une pancarte "Non au travail à perpétuité". © Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
Médecins, cheminots, avocats, policiers scientifiques... Et maintenant, Twitch. Début décembre, le gouvernement précise son projet de réforme des retraites et récolte une levée générale de boucliers. Système de cotisation à points, suppression des régimes spéciaux, recul de l'âge de la retraite à temps plein... Beaucoup estiment le projet du gouvernement précarisant. 

Alors que le projet de loi est présenté ce 24 janvier au conseil des ministres, les protestataires de la première heure en sont au 50ème jour d'un mouvement social coriace. Dans la lutte, un nouvel allié est apparu : le Stream Reconductible.Regardez une vidéo live de recondustream sur www.twitch.tv


"Fait à l'arrache, monté dans l'urgence"


Tout part d'un tweet, où une internaute interpelle deux youtubeurs connus pour leurs prises de positions très à gauche. Son idée : s'inspirer des événements caritatifs comme le ZEvent pour alimenter une caisse de grève. Usul, vidéaste et également chroniqueur chez Mediapart, prend la balle au bon et les choses en main. "C’est une initiative fondamentalement web dans son ADN. C’est quelque chose que personne n’aurait pu inventer dans les arcanes d’un parti. C’est fait à l’arrache, monté dans l’urgence, composé de gens qui pour la plupart ne se sont jamais vus dans la vraie vie… C’est une initiative qui utilise les outils du numérique de manière innovante" salue Jean Massiet. Il a lui-même fonde Accropolis, une chaîne également hébergée sur la plateforme Twitch, dédiée au décryptage politique. 
 
Avec sa trentaine de youtubeurs et vidéastes qui jouent la course de relai, Le Stream Reconductible prouve de nouveau, s'il en était besoin, que les acteurs du net veulent et peuvent faire société. "Ce n'est pas la première fois qu'Internet s'empare d'un sujet de société, confirme Thomas Renaud, fondateur du média tourangeau Breakflip, mais c'est en tout cas la première fois au monde qu'une telle cagnotte est montée pour un tel événement. C'est une action qui peut être profitable, permettre de transmettre des informations à certaines personnes qui ne connaissent pas le sujet." "Peu de gens ont critiqué l'action de ce stream car il ne fait de mal à personne, au contraire, c'est très bon enfant, poursuit le jeune homme. Mais beaucoup de personnalités d'Internet sont restés muettes ce qui s'explique tout simplement par le fait que Twitch est une plateforme de divertissement." 
 

La méthode internet


Mais ceux qu'on moque sur la toile avec le terme de "Social Justice Warrior" n'ont pas peur de se politiser. Le Stream essaie de tirer le meilleur des deux mondes, en gardant cet esprit "un bon moment pour une bonne cause". Teintures de cheveux, discussions thématiques, jeux avec les spectateurs et même, le soir, petits chuchotements dans l'esprit de l'ASMR. Le "Reconducstream" publie d'ailleurs son planning tous les matins. Ces traditions, c'est une garantie de mobiliser un certain public. Un procédé où les stars du net ont allègrement dépassé les hommes politiques. Le 21 décembre, après 15 jours de collecte, le Stream avait reversé plus de 100 000 euros à la caisse de grève de la CGT, qui au total a récolté depuis son lancement près de 3 millions d'euros de dons. Près de 150 000 euros de plus sont sur le point d'arriver, alors que le Reconducstream termine sa saison 2. Le 26 janvier, les engagés du Stream feront une pause loin des claviers. Une courte pause, seulement, puisque leur slogan le clame "Ça s'arrêtera quand ils s'arrêteront." Mais désormais, c'est fait : le point commun entre le cheminot et le youtuber, c'est la caisse de grève. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
retraites économie internet jeu vidéo culture mouvement social social