• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1 : sanctions et racisme, le coach du SCB dénonce

ARCHIVES - Tribune Est du Stade Armand Cesari / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
ARCHIVES - Tribune Est du Stade Armand Cesari / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Bastia "reçoit" Rennes dimanche à Gueugnon pour le compte de la 21e journée de Ligue 1, en raison de la suspension du stade Furiani. Frédéric Hantz tempère la portée des sanctions mais dénonce l'ambiance visant le club corse depuis le début du championnat.

Par Grégoire Bézie avec AFP

Sanctionné, le SCB aura joué dix matchs consécutifs à l'extérieur

Après Nancy, le 22 décembre, les Corses retrouvent le Stade Jean Laville pour un exil loin d'inquiéter l'entraîneur bastiais Frédéric Hantz qui appelle cependant à "ne pas utiliser ces sanctions pour se motiver".

Le Sporting joue le deuxième de ses trois matchs de suspension de terrain à Gueugnon. La sanction fait figure de double peine pour les joueurs corses qui devront en raison des conditions météo rallier samedi Gueugnon en bus (2h30 de trajet) depuis l'aéroport de Clermont-Ferrand, l'aérodrome de Saint-Yan n'ayant pas de quoi dégivrer les avions.

Le coach du SCB a indiqué ne pas vouloir utiliser ces sanctions pour motiver son groupe. "Je suis dans le sportif et uniquement là-dessus. Il est très dangereux d'utiliser les sanctions pour renforcer une agressivité, une solidarité ou un investissement. […] Certes nous laissons beaucoup d'énergie avec ces déplacements à répétition mais le groupe compense par son état d'esprit très positif" a déclaré Frédéric Hantz.

Le corps arbitral pointé du doigt

Plus que les sanctions, le technicien bastiais s'inquiète une nouvelle fois du nombre de fautes sifflées contre son groupe. "Nous sommes l'équipe qui subit le plus de fautes dans ce championnat […]. Face à Reims nous faisons 9 fautes et nous prenons quatre cartons alors que Reims en fait 20 pour deux cartons" s'insurge Frédéric Hantz.

Des insultes à caractère raciste

L'entraineur du Sporting est également revenu sur les insultes qui visent le club au fil du championnat. "Face à l'OM, un remplaçant marseillais a eu des mots vis-à-vis de moi non pas en tant que Frédéric Hantz mais en tant qu'entraîneur d'un club corse. A Reims, une partie des supporters derrière notre banc nous a également invectivés. Et là aussi non pas en tant que personnes mais en tant que membres d'un club corse" a dénoncé le coach bastiais.

"Je ne dirais pas les mots qui ont été prononcés mais je dirais stop et attention! Cela ressemble à des insultes racistes du fait de l'origine de notre club. Je ne l'accepterai pas et j'aurai la même attitude que certains pourront avoir lors d'insultes racistes au cours de certaines rencontres".

Echos d'avant match

Bastia: L'infirmerie se vide. Seul le capitaine, Yannick Cahuzac manquera à l'appel pour cette 21e journée de championnat. Par ailleurs Harek, Angoula et Maoulida en ont fini avec leurs petits soucis musculaires. A noter que Wahbi Khazri et Sambou Yatabaré seront bien évidemment encore absents pour cause de CAN. Pour cette rencontre face à Rennes, Frédéric Hantz a modifié ses habitudes d'entrainements en programmant tous ces rendez-vous de l'après-midi à 14 heures afin d'habituer son groupe à jouer à cette heure-ci, puisque la rencontre face aux Rennais est programmée le 20 janvier à 14 heures.

Rennes: Incertitude pour Mensah, avec Mvila pour le moment. Privé d'Onyekachi Apam, blessé à une cuisse samedi dernier contre Bordeaux (0-2), pour environ trois semaines, Frédéric Antonetti ne sait pas s'il pourra compter sur un autre défenseur central, John Mensah, titulaire contre Montpellier mercredi en Coupe de la Ligue (2-0) et dont la capacité à enchaîner un deuxième match en quatre jours après plusieurs mois sans jouer reste une interrogation. Le technicien corse a par ailleurs indiqué jeudi qu'il n'avait "à l'heure où (il) parle" aucun doute sur la présence dimanche de Yann Mvila, en instance de départ.

Sur le même sujet

Corse : signature de la 4e convention tripartite entre l’État, la collectivité et l’université 

Les + Lus